NOUVELLES
31/01/2014 02:06 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Syrie/Genève II : satisfaction prudente d'un responsable américain

Un haut responsable américain s'est félicité du lancement du dialogue à Genève entre opposition et gouvernement syriens, sans en attendre toutefois des résultats rapides et a salué la coopération entre Russes et Américains.

"La chose la plus importante est que le processus soit lancé, toute la semaine les deux parties sont restées dans la même pièce, c'est loin d'être anodin", a estimé ce responsable sous couvert d'anonymat.

Les Etats-Unis et la Russie sont coparrains du processus de paix dit de Genève II sous l'égide de l'ONU et ils ont pesé de tout leur poids pour amener les belligérants à dialoguer après près de trois ans d'un conflit qui a fait plus de 130.000 morts.

Présents à Genève, des responsables russes s'entrenaient en coulisses avec la délégation gouvernementale, les Américains faisant de même avec l'opposition.

"Il n'est pas raisonnable d'attendre des résultats rapides et je ne pense pas que la seconde session va en produire", a averti ce responsable américain tout en estimant que les négociations devraient être "plus substantielles".

Après une semaine de pourparlers les deux délégations marquent une pause et devraient "en principe" se retrouver à partir du 10 février sous réserve que Damas donne son feu vert.

Le responsable américain a estimé positif que le chef de la coalition de l'opposition Ahmad Jarba se rende à Moscou le 4 février "les Russes admettant que l'opposition a un rôle a jouer", selon lui.

Il a aussi salué l'action de l'ambassadeur de Russie pour faciliter l'accès de l'aide humanitaire en Syrie. Le responsable a précisé que pendant les négociations il y avait eu des réunions régulières entre Russes et Américains à Genève, et que les chefs de la diplomatie des deux pays Sergueï Lavrov et John Kerry devaient se rencontrer vendredi soir en Allemagne.

Ce responsable a indiqué que la coalition avait reçu de nombreux messages de Syriens de l'intérieur et de l'extérieur, et il a souligné que M. Jarba dans son discours à Montreux avait fait une ouverture en s'adressant à "toutes les mères (des deux camps) qui ont perdu un enfant dans les combats" et en rappelant que "tous ces enfants et toutes ces mères sont des Syriens".

nl-pjt/sym