NOUVELLES
31/01/2014 07:30 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Merkel exhorte Ianoukovitch à passer de la parole aux actes

La chancelière allemand Angela Merkel a appelé vendredi le président ukrainien Viktor Ianoukovitch à "passer de la parole aux actes", l'enjoignant à signer l'abrogation des lois antimanifestations.

Il est clair "qu'il faut passer maintenant de la parole aux actes", a lancé Mme Merkel à l'adresse de M. Ianoukovitch, lors d'une conférence de presse à Berlin avec le Premier ministre polonais, Donald Tusk.

Vendredi, déjà, le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, avait appelé le président ukrainien à tenir les promesses faites à l'opposition.

"Ce que j'attends c'est que les actes suivent, que des lois importantes soient signées" a-t-elle dit. Elle enjoignait ainsi M. Ianoukovitch à signer l'abrogation décidée par le parlement des lois du 16 janvier qui réprimaient presque toute forme de manifestation.

"Il doit être possible de manifester pacifiquement, de pouvoir dire son opinion", en Ukraine, a martelé la chancelière.

Elle a montré son scepticisme vis-à-vis de certaines conditions posées par le président ukrainien pour amnistier les manifestants arrêtés, notamment l'évacuation de différents bâtiments administratifs, comme celui qui appartient au syndicat.

Mercredi, Merkel avait déclaré que les personnes qui manifestent avec l'opposition en Ukraine défendaient des valeurs européennes et devaient "être entendues".

Lors de sa conférence de presse avec M. Tusk, la chancelière a par ailleurs exclu pour "le moment" l'éventualité de sanctions européennes à l'encontre de l'Ukraine. "La question ne se pose pas pour le moment pour moi", a-t-elle dit en réponse à une question.

M. Tusk a relevé qu'il était "important que l'Union européenne parle d'une seule voix" au sujet de l'Ukraine. Il a estimé qu'il y avait "un grand consensus (entre lui et Mme Merkel) sur ce qu'il fallait faire et éviter en Ukraine".

L'Allemagne accueille ce week-end la 50e Conférence sur la sécurité à Munich (sud) où le secrétaire d'Etat américain John Kerry a prévu de rencontrer des dirigeants de l'opposition ukrainienne.

clp/fjb/jh