NOUVELLES
31/01/2014 06:43 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

L'UE promet 45 millions d'euros supplémentaires pour la crise en Centrafrique

L'Union européenne a promis 45 millions d'euros supplémentaires pour aider la République centrafricaine à sortir de la crise, a annoncé vendredi à Addis Abeba le commissaire européen au Développement, Andris Piebalgs.

"Nous mobilisons toutes les ressources disponibles, pas juste de l'aide au développement, pour aider la population de la République centrafricaine et améliorer sa sécurité", a déclaré le commissaire, en marge d'un sommet de l'Union africaine (UA) dans la capitale éthiopienne.

L'UE a déjà débloqué 150 millions d'euros pour la Centrafrique et approuvé le déploiement d'une force européenne d'environ 500 hommes dans le pays.

Un peu plus de la moitié des 45 millions promis vendredi (25 millions) sont destinés à soutenir la Force de l'UA en Centrafrique (Misca), le reste allant au processus politique destiné à sortir le pays de la crise.

"Il est important que la sécurité règne (en Centrafrique) et ce sont les troupes africaines qui devraient être capables de l'assurer", a-t-il expliqué à l'AFP. "Le seul problème est que s'il y a plus de soldats, il faut plus d'argent", a-t-il ajouté.

L'annonce de l'UE intervient à la veille d'une réunion organisée à Addis Abeba pour lever des fonds en faveur de la Misca, dont 5.500 soldats sont pour l'heure déployés en Centrafrique au côté de 1.600 soldats français de l'opération Sangaris

La Centrafrique est en crise depuis mars 2013, lorsqu'une rébellion à majorité musulmane a renversé le gouvernement, déclenchant une spirale de violences intercommunautaires dont les civils sont les premières victimes.

Le conflit a fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés. Après la démission du président de transition et ex-chef rebelle Michel Djotodia, Catherine Samba Panza a été la première femme élue à la présidence centrafricaine.

jv/aud/ayv/aub