NOUVELLES
31/01/2014 10:28 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Les villes néerlandaises veulent décriminaliser la culture du cannabis

Les municipalités néerlandaises se sont unies vendredi pour appeler le gouvernement à décriminaliser la culture du cannabis, toujours illégale malgré la politique de tolérance des Pays-Bas quant à la vente au détail et la consommation.

Réunies à Utrecht (centre), les représentants de 35 municipalités, dont huit des dix plus grandes villes des Pays-Bas, ont signé un manifeste appelant à "mettre en place un système national de culture certifiée et régulée du cannabis".

La vente, dans les plus de 600 coffee shops du pays, et la consommation de moins de 5 grammes de cannabis ont été décriminalisées aux Pays-Bas en 1976, mais la culture et la vente en gros restent interdites et sont aux mains du crime organisé.

Les propriétaires de coffee shops et de nombreux observateurs ont toujours qualifié cette politique d'"hypocrite" car elle oblige les coffee shops à traiter avec des criminels.

Les taxes sur les coffee shops rapportent chaque année plusieurs centaines de millions d'euros à l'Etat, selon des estimations parues dans la presse néerlandaise. Le ministère des Finances n'a pas été en mesure de confirmer ces chiffres.

"Nous plaidons pour une régulation de la culture du cannabis pour que le marché national soit gérable et plus transparent et pour que l'influence du crime organisé diminue", assure le manifeste.

Intitulé "Joint Regulation" et soutenu par le célèbre libéral néerlandais Frits Bolkestein, le manifeste a en outre évoqué un meilleur contrôle sur la qualité des produits qui seront vendus aux clients ainsi que des plantations plus sûres.

"Dans la quasi-totalité des plantations illégales, on peut parler de danger d'incendie", ont assuré les municipalités, citant un rapport selon lequel un incendie urbain sur quatre est lié à une plantation illégale de cannabis.

Parmi les grandes villes, seules La Haye et Almere n'ont pas signé le manifeste, selon une liste fournie par la municipalité d'Utrecht, une des villes à l'initiative du manifeste.

Le ministre de la Justice libéral Ivo Opstelten, cité par la télévision publique, a pour sa part réitéré sa position : "je trouve que ce n'est pas du tout une solution". "Il faut que les maires apprennent à vivre avec cela".

Il assure qu'une telle mesure ne résoudrait pas le problème car, selon lui, quelque 80% du cannabis cultivé aux Pays-Bas est destiné à l'étranger. M. Opstelten a dit "tendre la main" aux municipalités afin de résoudre les problèmes de criminalité et des nuisances d'une autre manière.

Le ministre avait par le passé également assuré que réguler la culture va à l'encontre des accords internationaux. Les municipalités ont rejeté vendredi cet argument en citant l'exemple récent de l'Uruguay et de certains Etats américains, qui ont légiféré sur la culture du cannabis.

ndy/plh