NOUVELLES
31/01/2014 11:28 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Les dirigeants européens discuteront de l'après-Barroso le 27 mai (Van Rompuy)

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a invité les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE à un "dîner informel" à Bruxelles le 27 mai, deux jours après les élections européennes, pour discuter de la succession de José Manuel Barroso.

"Dîner informel des chefs d'Etat et de gouvernement le 27 mai", a mis vendredi à son calendrier la présidence du Conseil européen.

Dans un entretien publié jeudi par le quotidien belge Le Soir, M. Van Rompuy fait part de son intention de convoquer les dirigeants européens le surlendemain du scrutin européen.

Les dirigeants européens ne désigneront pas à cette occasion un successeur au président de la Commission européenne, dont le mandat prend fin le 31 octobre, mais ils "vérifieront si un candidat a une majorité possible au Parlement", a expliqué M. Van Rompuy.

Jusqu'à présent, ce sont les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE seuls qui s'entendaient pour désigner le président de la Commission européenne.

Mais le traité de Lisbonne désormais en vigueur leur demande de "tenir compte du résultat du vote" aux européennes pour désigner leur candidat. Juridiquement, rien ne les contraint à suivre cet avis, et plusieurs sont très réticents, voire hostiles, à se voir imposer leur prochain interlocuteur à la tête de l'exécutif européen.

"Si le Parlement vient avec un candidat qui a une majorité stable et crédible, pas un amalgame hétéroclite de tous les votes négatifs, ce sera un élément extrêmement important. Mais moi, de mon côté, je dois réunir une majorité qualifiée au Conseil européen", a expliqué M. Van Rompuy. "Le traité prévoit que c'est le Conseil européen qui fait une proposition, après consultation. C'est ce qu'on fera", a-t-il insisté.

Le choix formel du successeur de M. Barroso pourrait se faire à l'occasion du sommet des dirigeants européens prévu les 26 et 27 juin.

L'homme ou la femme qui sera désigné pour succéder à M. Barroso devra au final recevoir l'aval du nouveau Parlement.

Les socialistes et sociaux-démocrates européens ont désigné l'actuel président du Parlement européen, l'Allemand Martin Schulz, pour occuper le poste de président de la Commission. Les Libéraux doivent formellement désigner samedi Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre belge, comme candidat et les Verts européens ont choisi le Français José Bové et l'Allemande Ska Keller pour conduire en duo leur campagne pour les élections européennes. Le Grec Alexis Tsipras est en lice au nom de la Gauche radicale.

Les conservateurs et démocrates-chrétiens du Parti populaire européen (PPE) --famille politique à laquelle appartiennent M. Barroso et 12 des 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE dont la chancelière allemande Angela Merkel-- choisiront leur tête d'affiche en mars à l'occasion de leur congrès en Irlande.

Le président du PPE, le Français Joseph Daul, a indiqué récemment dans un entretien au site EurActiv que quatre candidats étaient en lice: le Premier ministre finlandais, Jyrki Katainen, l'ex-Premier ministre letton, Valdis Dombrovskis, l'actuel commissaire chargé du Marché intérieur, le Français Michel Barnier et l'ex-Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Junker.

aje/cb/jeb