NOUVELLES
31/01/2014 08:59 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

La livre turque résiste face au dollar et à l'euro

La livre turque est restée ferme vendredi face au dollar et à l'euro, après la confirmation du resserrement de la politique monétaire américaine et la hausse des taux directeurs de la banque centrale turque.

En fin de journée, la devise turque (LT) s'échangeait à 2,2585 LT pour un dollar et 3,0485 LT pour un euro, en légère progression sur ses niveaux de la veille, respectivement 2,2655 LT et 3,0715 face aux monnaies américaine et européenne.

Le principal indice de la Bourse d'Istanbul cédait lui 1,34% à 61.858,21 points.

La livre a bien digéré les chiffres du déficit du commerce extérieur turc pour l'année 2013, à 99,7 milliards de dollars, plus élevé qu'anticipé par les marchés.

"La dépréciation substantielle de la monnaie entamée en décembre va causer une réduction considérable du déficit commercial dans les mois qui viennent", a anticipé Deniz Ciçek, économiste à la Finansbank, "mais l'ampleur de ce déficit en décembre souligne l'importance des ajustements à faire en 2014, ce qui nous inquiète aussi bien pour la livre que pour la demande intérieure".

La Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé mercredi une nouvelle réduction, d'ampleur modeste, de son soutien monétaire à l'économie américaine, alimentant l'inquiétude des marchés sur un mouvement de retrait de capitaux des pays émergents, comme la Turquie.

Pour enrayer la chute libre de la livre depuis plusieurs semaines, les autorités monétaires turques ont procédé mardi soir à une forte hausse des taux directeurs contre l'avis du gouvernement, qui craint son impact sur la croissance et sur les déficits publics.

L'agence de notation financière Moody's a elle-même estimé vendredi que la hausse des taux aurait un impact sur les prévisions de croissance.

"Si l'action de la banque centrale maîtrise la volatilité monétaire du pays et réduit le stress financier sur l'économie et le risque d'une crise de solvabilité, elle aura pour effet d'affaiblir sensiblement les prévisions de croissance économique de la Turquie", a indiqué Moody's dans un communiqué.

Le gouvernement d'Ankara maintient pour l'heure ses objectifs de croissance de 4% pour 2014 mais la plupart des analystes ont déjà revu leurs prévisions à la baisse.

"Notre prévision de 3% tablait déjà sur un resserrement monétaire significatif cette année, mais les risques de devoir réviser ce chiffre à la baisse ont augmenté avec la hausse des taux", a ainsi indiqué Moody's vendredi.

La hausse des taux directeurs a offert un répit à la livre, qui a dégringolé de près 30% depuis la mi-2013.

Comme celles des autres pays émergents, la monnaie turque souffre depuis cette date de la politique de resserrement monétaire de la Fed. Sa chute s'est aggravée à la faveur de la crise politique provoquée en Turquie par un scandale politico-financier qui éclabousse la majorité islamo-conservatrice au pouvoir depuis 2002.

pa/plh