NOUVELLES
31/01/2014 10:49 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

GB: No comment de Hollande à la question d'un journaliste sur sa vie privée

La question d'un journaliste britannique demandant à François Hollande si "sa vie privée avait fait de la France la risée du monde" s'est heurtée à une fin de non-recevoir du chef de l'Etat et a engendré un débat sur les réseaux sociaux.

Lors d'une conférence de presse réunissant François Hollande et David Cameron à l'occasion d'un sommet franco-britannique à Brize Norton (Royaume-Uni), un journaliste politique influent du Daily Telegraph (proche des Conservateurs), Christopher Hope, a interrogé le président français sur l'économie et l'Europe, avant d'aborder la question de sa vie privée.

"Monsieur le président, je sais que c'est un sujet très sensible pour vous. Pensez-vous que votre vie privée a fait de la France la risée du monde entier, avez-vous encore une liaison avec Julie Gayet et auriez-vous aimé qu'elle soit là?", a interrogé le journaliste.

François Hollande a longuement répondu à la première question, avant d'ajouter: "Pour l'autre question que vous m'avez posée, je n'y répondrai pas".

La question du journaliste britannique et plus encore le ton qu'il a employé, ont suscité des réactions immédiates sur les réseaux sociaux.

La députée socialiste Axelle Lemaire, représentant les Français d'Europe du Nord, basée à Londres, a dénoncé dans un tweet en anglais une question "irrespectueuse et discourtoise", provoquant aussitôt un débat sur la liberté d'expression et le respect de la vie privée.

"Qu'auriez vous dit si un journaliste français avait interpellé (la reine) de la même façon?" a demandé Mme Lemaire.

Les informations sur une liaison de François Hollande avec l'actrice Julie Gayet et sa rupture avec sa compagne Valérie Trierweiler ont fait depuis la mi-janvier les gros titres de la presse britannique, volontiers sardonique.

Les médias s'étaient étonnés de l'attitude de leurs collègues français lors de la conférence de presse de François Hollande le 15 janvier à l'Elysée, s'attendant à une rafale de questions sur la vie privée du chef de l'Etat.

alm/dh/plh