NOUVELLES
31/01/2014 04:09 EST | Actualisé 01/04/2014 05:12 EDT

Afrique du Sud: la grève dans les mines de platine peut durer un mois, selon le syndicat Amcu

La grève des mineurs de platine sud-africains "peut durer un mois", a menacé le syndicat Amcu, juste avant la reprise de pourparlers vendredi avec les trois premiers producteurs mondiaux Amplats, Implats et Lonmin à Pretoria.

"La grève peut durer un mois entier", a déclaré à l'AFP Jimmy Gama, trésorier et chef de file du syndicat. "On va probablement se réunir à nouveau la semaine prochaine".

La grande majorité des mineurs de la "ceinture de platine" sud-africaine autour de Rustenburg (nord) sont en grève depuis le 23 janvier, à l'appel d'Amcu, pour réclamer 12.500 rands (825 euros) de salaire mensuel.

Les mineurs "vont rester en grève tant qu'ils ne sont pas satisfaits", a ajouté M. Gama, indiquant qu'il s'apprêtait à communiquer au patronat "la réponse des adhérents" qui ont rejeté jeudi la nouvelle offre salariale.

Il n'a pas exclu que les mineurs puissent accepter de signer un accord étalé sur trois ans , "Ils le prendraient en considération", a-t-il dit, mais ils ont rejeté celui présenté mercredi, qui prévoit 7,5% à 9% de hausse la première année.

Pour les mineurs au plus bas de l'échelon, cette proposition fait passer leur salaire de 5.000 à 5.400 rands, "6.000 et quelques" au bout de trois ans, a-t-il calculé, ce qui reste loin des 12.500 rands revendiqués.

Un accord sur trois ans aurait l'avantage pour les employeurs de les mettre à l'abri d'une grève pendant toute la période.

"Si on signe pour trois ans, il faut attendre jusque là et jusqu'à ce que ça expire pour faire de nouveau grève", a expliqué M. Gama.

La partie patronale n'a fait aucune déclaration. "Pas de commentaire, on est là pour négocier", a indiqué un représentant de Lonmin à l'AFP, renvoyant sur un communiqué que les médiateurs du conflit du travail dépêchés par le gouvernement (CCMA) devrait publier à l'issue de ce nouveau round de discussions.

En 2012, une grève sauvage dans la mine de Marikana, exploitée par Lonmin, avait tourné au désastre lorsque la police avait ouvert le feu et tué 34 grévistes. Le mouvement s'était étendu aux autres sites et s'était éternisé des mois dans tout le secteur minier, affectant durement l'économie et l'image du pays.

Légale et pacifique, à l'exception de quelques incidents isolés, cette nouvelle grève mobilise environ 80.000 mineurs. Elle ne devrait pas faire tache d'huile dans les mines d'or: une décision de justice jeudi a interdit à Amcu de lancer une grève dans ce secteur.

clr/cpb/aub