NOUVELLES
30/01/2014 03:56 EST | Actualisé 01/04/2014 05:12 EDT

Une attaque d'un marché au Nigeria a déplacé plus de 2.000 personnes (secours)

Plus de 2.000 personnes ont été forcées de fuir leurs foyers après l'attaque meurtrière d'un marché dimanche dans le nord-est du Nigeria attribuée au groupe islamiste Boko Haram, a annoncé jeudi une agence de secours.

L'attaque survenue dans l'Etat de Borno avait fait au moins 52 morts.

L'Agence nationale des situations d'urgence nigériane, la NEMA, a indiqué dans un communiqué que les violences de dimanche avaient "affecté" au moins 4.000 personnes, sans donner plus de précisions.

En plus de ces personnes "affectées", "plus de 2.000 personnes déplacées campent" dans un collège et une école primaire du district de Konduga, selon la même source.

"Des mesures de sécurité sont mises en place pour convoyer de l'aide humanitaire, comme de la nourriture, des lits et des besoins de base pour atténuer les effets du déplacement", ajoute le communiqué.

L'attaque s'était produite dimanche après-midi dans la localité de Kawuri, à 37 kilomètres de la capitale de l'Etat de Borno, Maiduguri, un fief des islamistes.

Selon le chef d'une milice d'auto-défense locale à Kawuri, le bilan de l'attaque serait même de 85 morts, mais ce chiffre n'a pas pu être confirmé.

Cependant la police a reconnu que le bilan pourrait s'aggraver encore, vu la gravité des blessures de 26 personnes hospitalisées, certaines brûlées au troisième degré.

Kawuri avait déjà été attaquée en octobre, des combats entre Boko Haram et une milice d'auto-défense faisant 10 morts, avec des dizaines de maisons et de magasins rasés.

Toujours dimanche, une autre attaque, également attribuée à Boko Haram, s'était déroulée dans l'Etat voisin d'Adamawa, faisant au moins 26 morts, selon les autorités régionales.

Ces attaques surviennent moins de deux semaines après le limogeage des chefs d'état-major des trois corps de l'armée par le président Goodluck Jonathan. Ce remaniement à la tête des forces armées a été interprété comme une sanction pour le peu de succès dans la lutte contre les rebelles dans le nord-est chroniquement instable du Nigeria, où l'insurrection et les opérations militaires ont fait des milliers de morts depuis 2009.

Vendredi dernier, les Nations unies avaient indiqué que 4.000 personnes avaient fui vers le Cameroun et 1.500 vers le Niger depuis mi-janvier à cause des violences.

Au total, plus de 12.400 Nigérians sont réfugiés au Cameroun, et 8.000 au Niger, en plus des 30.000 Nigériens qui ont fui le Nigeria où ils vivaient.

str-ade/phz/mba