NOUVELLES
30/01/2014 07:12 EST | Actualisé 01/04/2014 05:12 EDT

L'ex-brigadier général canadien Daniel Ménard serait libéré sous peu à Kaboul

KABOUL - Un haut responsable du ministère afghan de l'Intérieur a apparemment autorisé la libération d'un ancien brigadier général canadien détenu en Afghanistan depuis plus de deux semaines sous des allégations de trafic d'armes.

Mais la sortie de prison de Daniel Ménard pourrait prendre quelques jours, car l'ordonnance doit être approuvée par deux autres responsables du gouvernement du président Hamid Karzaï, a indiqué à La Presse Canadienne un cadre supérieur de la firme privée de sécurité GardaWorld.

Daniel Ménard, qui a quitté les forces armées canadiennes en disgrâce, travaille à titre de directeur général de l'entreprise pour l'Afghanistan depuis novembre 2011.

Des documents sur sa libération ont été remis directement à l'ancien brigadier-général jeudi soir, mais le processus est freiné car les bureaux gouvernementaux sont fermés le vendredi à Kaboul, a déclaré ce cadre supérieur, qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat puisqu'il n'était pas autorisé à s'adresser aux médias.

Daniel Ménard a été placé en détention le 12 janvier à la suite d'une rencontre au bureau du ministère à Kaboul.

Des responsables de GardaWorld font valoir qu'il n'a pas été arrêté et que sa détention est liée à un malentendu à l'égard du permis d'activité de l'entreprise.

Il n'y a pas eu de trafic d'armes, et toutes les armes en question ont été enregistrées et approuvées, ont-ils soutenu.

Le gouvernement afghan a tenté de restreindre les activités des entreprises privées de sécurité, qui assuraient à un certain moment la protection des missions diplomatiques et des projets d'aide humanitaire.

Daniel Ménard a été le général responsable des forces canadiennes et américaines à Kandahar, avant d'être relevé de ses fonctions à la suite de révélations sur une relation avec une employée qui lui était subordonnée.

Il a par la suite été condamné par un tribunal militaire pour fraternisation, une accusation grave pour les gens en uniforme.

Jean-Bruno Villeneuve, un porte-parole des Affaires étrangères, a simplement indiqué jeudi que les services consulaires étaient informés de la situation d'un citoyen canadien détenu en Afghanistan. Il a refusé de confirmer si le citoyen est Daniel Ménard ou de donner plus de détails.