NOUVELLES
30/01/2014 09:08 EST | Actualisé 01/04/2014 05:12 EDT

Les footballeurs Ribéry et Benzema relaxés dans l'affaire Zahia (tribunal)

Les footballeurs français Franck Ribéry et Karim Benzema ont été relaxés jeudi dans l'affaire Zahia, dans laquelle il leur était reproché d'avoir eu recours aux services d'une ancienne escort-girl à l'époque où elle était mineure.

Le tribunal correctionnel de Paris, qui a également relaxé le beau-frère de Ribéry, a en revanche prononcé des peines allant de trois mois avec sursis à deux ans dont un avec sursis à l'encontre de cinq prévenus poursuivis pour proxénétisme.

Franck Ribéry a eu "la chair de poule", a déclaré à la presse son avocat, Me Carlo Alberto Brusa, juste après avoir annoncé la nouvelle à son client. "Cette affaire laissera quand même derrière elle un petit champ de ruines", a-t-il ajouté, très ému, "beaucoup de gens ont été blessés".

"Nous nous sommes battus pour que cette relaxe soit (...) sans tache", a-t-il poursuivi, "on peut commettre une erreur dans la vie mais ceci n'a rien à voir avec le pénal".

Cette relaxe arrive "enfin", a quant à lui réagi l'avocat de Benzema, Me Sylvain Cormier, après quatre ans d'une procédure "inutile". "Depuis le début, Karim avait protesté de son innocence". C'est la fin d'un "cauchemar" pour lui, a-t-il ajouté.

Dans cette affaire qui avait éclaté peu avant la coupe du Monde 2010, il était reproché à Ribéry d'avoir eu des relations sexuelles avec Zahia en 2009, à Karim Benzema en 2008.

Si Franck Ribéry, 30 ans, a reconnu avoir eu une relation sexuelle en 2009 à Munich avec elle, il a nié pendant l'enquête l'avoir rétribuée 700 euros, et même affirmé qu'il ignorait qu'il s'agissait d'une prostituée. Karim Benzema, 26 ans, a quant à lui contesté la relation que Zahia affirme avoir eue avec lui en 2008 à Paris.

Le procureur avait requis la relaxe "pure et simple" étant donné qu'aucun élément ne permettait d'établir que Ribéry avait connaissance de la minorité de Zahia, qui a menti sur son âge.

Ni Ribéry ni Benzema n'ont assisté au procès, pas plus que Zahia, qui s'est désistée de sa constitution de partie civile. Depuis cette affaire qui lui a fait accéder soudainement à la notoriété, elle s'est lancée dans la création de lingerie haut de gamme.

L'enquête avait démarré sur des soupçons de proxénétisme dans un cabaret oriental proche des Champs-Elysées, le Zaman café - qui a depuis fait l'objet d'une fermeture administrative - après un renseignement anonyme visant Abousofiane Moustaïd, ancien candidat de l'émission de télé-crochet "La nouvelle star", accusé d'avoir joué le rôle d'entremetteur rétribué.

spe/at/ial/via