NOUVELLES
29/01/2014 09:20 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Soupçonné d'agression, Justin Bieber s'est présenté à la police à Toronto

Le chanteur canadien Justin Bieber, déjà en proie à des démêlés judiciaires aux Etats-Unis, s'est présenté mercredi soir dans un commissariat de police de Toronto, où il devait être inculpé pour sa participation présumée dans l'agression d'un chauffeur fin décembre.

Le chanteur de 19 ans a par ailleurs plaidé non coupable mercredi à Miami (Floride, sud-est des Etats-Unis) pour notamment conduite en état d'ébriété, tandis qu'une pétition, publiée sur le site dédié de la Maison Blanche, demandait son renvoi vers son pays d'origine.

La chaîne publique canadienne CBC a diffusé en direct vers 19H30 locales (01H30 GMT) les images de Justin Bieber alors qu'il faisait son entrée dans un commissariat de Toronto, escorté par plusieurs policiers au milieu d'une nuée de jeunes supporteurs, qui brandissaient leurs smartphones dans les airs pour tenter de le prendre en photo.

"La police de Toronto ne peut pas confirmer l'information des médias concernant Justin Bieber", a toutefois indiqué sur son compte Twitter la police de la métropole canadienne, alors que la CBC rediffusait en continu des images où le chanteur de 19 ans était clairement reconnaissable.

Après avoir assisté à une rencontre de hockey des Maple Leafs de Toronto en fin de journée le 29 décembre, le jeune chanteur, avec d'autres personnes, aurait pris place dans une limousine, selon CBC.

Le 30 décembre, la police de Toronto avait indiqué avoir été appelée la veille en soirée pour une agression sur un chauffeur qui conduisait Justin Bieber et ses amis, avait alors rapporté le Toronto Sun. La police n'avait pas donné d'indications sur le degré d'implication du chanteur dans cette agression.

Selon la CBC, Justin Bieber serait inculpé de voie de fait simple, une accusation aucunement passible d'une peine d'emprisonnement au Canada.

Si elle devait être confirmée, cette inculpation viendrait néanmoins ajouter un nouvel épisode au feuilleton des déboires de la jeune étoile avec la police.

Il y a une semaine, l'égérie des adolescentes avait été interpellée par la police dans les rues de Miami au volant d'une Lamborghini décapotable pour conduite dangereuse et en état d'ébriété. Mercredi, il a plaidé non coupable des trois chefs d'accusation retenus contre lui, dans une déclaration que ses avocats ont présentée à un tribunal de Miami.

Justin Bieber doit en principe revenir devant le même tribunal le 14 février pour y être formellement inculpé, mais sa présence lors de cette comparution n'est pas obligatoire, et ses avocats n'ont pas confirmé s'il y serait.

Quelques jours aupavant, c'est son domicile californien qui avait fait l'objet d'une perquisition par la police dans le cadre d'une affaire de vandalisme présumé. Les enquêteurs avaient saisi des substances interdites dans sa résidence, ce qui avait entraîné une arrestation dans l'entourage de l'artiste.

Dans d'autres frasques au Brésil, Justin Bieber avait été expulsé d'un palace après avoir été surpris avec des prostituées. Il avait été aussi accusé d'avoir tagué les murs d'hôtels où il était descendu.

Mercredi une pétition publiée sur le site dédié de la Maison Blanche, qui a recueilli plus de 100.000 signatures, demandait aux autorités américaines d'expulser le chanteur et d'annuler sa carte verte lui permettant de travailler aux Etats-Unis.

Un porte-parole de l'exécutif américain a promis d'examiner la pétition, comme il se doit dès que ce seuil de signatures est dépassé.

La porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki a prévenu que la pétition "ne présageait pas toujours des mesures qui seront prises", refusant de faire des conjectures sur le sort du visa et permis de séjour du chanteur.

mbr/jl/are/glr