NOUVELLES
29/01/2014 08:51 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

RTC : Hausse moyenne de 3,3 %

Les usagers du Réseau de transport de la capitale (RTC) paieront en moyenne 3,3 % de plus qu'en 2013, et ce, dès le premier mars pour l'achat de billet individuel. Les augmentations pour les cartes mensuelles étudiantes et générales seront elles en vigueur en juillet pour donner le temps aux gens d'adapter leur budget.

Les étudiants paieront dorénavant 54,25 $ pour leur laissez-passer mensuel plutôt que 53 $. Quant aux aînés, leur carte mensuelle passera à 42 $, en hausse de 3 $. Une hausse importante, explique le RTC, pour mettre les tarifs pour aînés au même niveau que ceux des étudiants. Le laissez-passer général coutera 81,25 $, soit 2 $ de plus.
Si la hausse moyenne des tarifs est de 3,3 %, le président du RTC, Rémy Normand, explique que la majorité des utilisateurs devront plutôt payer 2,5 % de plus. « L'effet sur les tarifs est différencié selon la catégorie de tarifs. Pour les laissez-passer général et étudiant, on ramase près de 60 % des transports et dans ces catégories-là, la hausse est de 2,4 et 2,5 % », maintient-il.

Délaisser la monnaie
Les usagers qui paient en monnaie verront le plus grand changement. Le laissez-passer en monnaie est présentement de 3 $ et passera à 3,25 $ en mars. Le RTC veut ainsi encourager les usagers à payer par carte plutôt qu'en argent, car la monnaie fait augmenter les coûts administratifs du RTC.
« Pour nous, c'est un effet incitatif pour que les gens résidents du territoire aillent se chercher une carte et procèdent avec un billet journalier », tient à expliquer Rémy Normand.
Le billet journalier passe 2,75 $ à 2,85 $.

Pour ce qui est des changements qui seront faits à quelques mois d'intervalle, le directeur général du RTC, Alain Mercier, précise que le réseau voulait ainsi suivre les habitudes de consommation des usagers. « Il y a des tendances de maintenir les tarifs durant les périodes des sessions d'école. Et généralement, les parents aussi qui financent une grande partie des coûts familial (sic) veulent s'assurer d'un budget constant mensuellement. »

Plus que l'inflation
Ces augmentations ne font pas l'unanimité. L'organisme Accès transport viable estime que 3,3 % de hausse n'est pas synchronisé avec le coût de la vie des gens de la région. Son directeur général, Étienne Grandmont, trouve injuste de ne pas suivre les hausses salariales.
« Depuis 2007, le laissez-passer général a augmenté deux fois plus vite que l'inflation, année après année. Au niveau du laissez-passer aînés, c'est trois fois le taux de l'inflation depuis 2007. »
Selon l'ogranisme, les aînés devraient avoir une tarification plus adaptée à leur revenu qui en général, demeure stable.