NOUVELLES
29/01/2014 11:13 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Résidences pour aînés : l'opposition accable le ministre Hébert

L'opposition demande au ministre de la Santé, Réjean Hébert, de cesser de se cacher derrière ses fonctionnaires pour échapper à ses responsabilités.

Le Parti libéral s'insurge contre un projet de règlement déposé discrètement par le ministre qui assouplit les normes de sécurité dans les résidences privées pour personnes âgées, a appris La Presse. À la suite du drame de L'Isle-Verte, ce projet de règlement prend un sens funeste.

M. Hébert a affirmé que des dispositions qui abaissent la formation requise du personnel lui avaient « échappé » et a blâmé ses fonctionnaires, mais la porte-parole libérale pour les aînés, Marguerite Blais, rejette ces explications.

Avant d'entrer à la séance du caucus libéral mercredi matin à Saint-Félicien, Mme Blais a rappelé qu'elle a déjà eu cette responsabilité de ministre, dans l'ancien gouvernement Charest. Elle est catégorique : quand on dépose un décret en conseil des ministres, on est censé savoir ce qu'on dépose.

Elle dit ne pas aimer le fait que le ministre se réfugie derrière ses fonctionnaires.

M. Hébert a bel et bien présenté le projet de règlement au conseil des ministres. Il en a publié le libellé dans la Gazette officielle du Québec entre Noël et le jour de l'An. Les modifications controversées ne seront finalement pas adoptées, toutefois.

Elles allégeaient les exigences de formation de la personne assurant la surveillance de nuit. La personne chargée d'être présente la nuit n'aurait plus à avoir une formation de préposé aux bénéficiaires ou des compétences équivalentes. Elle devrait seulement avoir suivi une formation en réanimation cardiorespiratoire et de secourisme général.

Mme Blais s'est élevée contre ces allégements en posant une question: « Comment les gens perçoivent aujourd'hui l'idée qu'un résident puisse surveiller les autres résidents la nuit? »