NOUVELLES
29/01/2014 06:24 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Nouvelles critiques de la Chine après la visite d'Abe à un sanctuaire controversé

Le Chine a de nouveau dénoncé mercredi, lors d'un débat général au Conseil de sécurité, l'attitude du Japon à propos de la récente visite du Premier ministre japonais Shinzo Abe à un sanctuaire controversé.

Pour l'ambassadeur chinois à l'ONU Liu Jieyi, ce genre d'initiative "déstabilise la paix régionale et représente une grave menace pour la paix de l'humanité".

Le 26 décembre, Shinzo Abe, connu pour ses positions nationalistes tranchées, avait déclenché la colère de Pékin et de Séoul en se rendant au Yasukuni, où sont honorés les soldats morts pour le Japon, mais aussi 14 criminels de guerre condamnés après 1945.

"L'hommage rendu par Abe à ces criminels de guerre fascistes est un défi lancé à la victoire dans la guerre contre le fascisme", a affirmé l'ambassadeur chinois à l'occasion du débat au Conseil de sécurité sur "Les leçons de la guerre et la recherche d'une paix permanente".

Le représentant permanent adjoint japonais à l'ONU Kazuyoshi Umemmoto a répliqué que ces critiques n'aidaient pas "à faire baisser les tensions, ni à renforcer la stabilité de la région".

L'ambassadeur sud-coréen Ah Joon a lui aussi critiqué Tokyo et a rappelé le calvaire des coréennes utilisées comme esclaves sexuelles par les soldats japonais pendant la seconde guerre mondiale. "Si le Japon veut vraiment contribuer à la paix régionale et mondiale, il devrait s'abstenir de provoquer ses voisins par son déni de l'Histoire", a-t-il déclaré.

tw-avz/jca