NOUVELLES
29/01/2014 01:09 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Merkel exhorte Poutine à plaider pour le dialogue en Ukraine

Angela Merkel a exhorté "Vladimir Poutine à plaider pour un dialogue constructif" en Ukraine, lors d'un entretien téléphonique mercredi, à la suite duquel le Kremlin a mis en garde contre toute ingérence dans l'ex-République soviétique.

"Au regard de la crise politique intérieure en Ukraine, la chancelière a appelé le président Poutine à plaider aussi de son côté pour un dialogue constructif (...) entre le gouvernement et l'opposition", a indiqué le gouvernement allemand dans un communiqué.

Et de poursuivre: "Il ne faut pas que les violences reviennent. L'Ukraine a besoin d'avoir rapidement un gouvernement qui fonctionne. Toutes les parties doivent assumer leur responsabilité pour la stabilisation du pays et la protection des droits des citoyens".

De son côté, le Kremlin a déclaré que toute ingérence dans les affaires de l'Ukraine était inadmissible, précisant que le sujet avait fait l'objet d'un entretien téléphonique entre M. Poutine et Mme Merkel.

"En relation avec la situation en Ukraine on a insisté sur le fait que toute ingérence est inadmissible", selon un communiqué du Kremlin.

Mme Merkel, qui a également téléphoné mercredi à Viktor Ianoukovitch, a enjoint le président ukrainien "à poursuivre le dialogue", saluant l'abrogation mardi des lois réprimant les manifestations --dont l'adoption il y a quinze jours avait contribué à la radicalisation de la contestation--.

Mettant en garde contre de nouvelles violences, appelant à la protection des droits des citoyens et à une solution démocratique de la crise, Mme Merkel a souligné, dans son entretien avec M. Ianoukovitch, que "l'UE et l'Allemagne étaient prêts à fournir leur aide".

Mercredi en fin de matinée, Mme Merkel, ancienne citoyenne de la RDA communiste, avait déclaré, lors d'un discours de politique générale devant les députés du Bundestag, que les personnes qui manifestent avec l'opposition en Ukraine défendent des valeurs européennes et doivent "être entendues".

as-clp/gg