NOUVELLES
29/01/2014 11:26 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Le Vatican proteste contre la "grossièreté" d'un article opposant François et Benoît

A deux semaines de l'anniversaire de la démission de Benoît XVI, le Vatican a vivement réagi mercredi à la "grossièreté" d'un article très louangeur du magazine américain Rolling Stone sur le pape François, l'opposant radicalement à son prédécesseur.

Le père Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, a certes salué "l'attention" accordée à François mais estimé que le journal se discréditait en tombant dans "l'erreur habituelle" d'un journalisme "superficiel qui, pour mettre en lumière des aspects positifs du pape François, se sent obligé de décrire de façon négative le pontificat de Benoît XVI", selon l'agence d'informations sur le Vatican I.Media.

Rolling Stone montre, selon le père Lombardi, une "grossièreté surprenante" à l'égard du pape émérite allemand, retraité sur la colline du Vatican, et qui entretient de bonnes relations avec son successeur, selon des sources vaticanes.

François, telle une rock star, fait la couverture de Rolling Stone qui paraît vendredi aux Etats-Unis, avec une photo de lui en pleine page le montrant souriant, barrée du titre: "Pape François, les temps sont en train de changer".

Pour le magazine, "non seulement (le) ton modéré (de François, ndlr) contraste avec celui des deux précédents papes mais aussi il apaise les querelles culturelles et parle des vrais problèmes économiques en termes moraux. Son ton est un souffle d'air frais".

Selon le père Lombardi, on trouve dans cet article les "erreurs habituelles d'un journalisme superficiel". "Ce n'est pas une bonne façon de rendre service au pape François qui sait très bien tout ce que l'Eglise doit à son prédécesseur", a-t-il ajouté.

Ainsi, le porte-parole critique le fait que le magazine qualifie de "catastrophique" le pontificat de Benoît XVI, et présente l'ancien pape comme "un universitaire austère", susceptible de provoquer des "cauchemars" aux adolescents.

Le pape argentin jouit, particulièrement aux États-Unis, d'une popularité sans précédent dans les milieux non croyants qui le décrivent comme progressiste et libéral, contrairement à son prédécesseur, qualifié de rétrograde.

François est pourtant resté largement dans la ligne de Benoît XVI sur le plan de la doctrine mais il a inauguré un style de gouvernement plus chaleureux. Beaucoup dans l'Église créditent en revanche le pape allemand d'avoir engagé la lutte contre le carriérisme et combattu courageusement la corruption et les scandales (pédophilie notamment).

Aucun pape n'avait jusqu'à présent fait la couverture de Rolling Stone. Le nouveau pape a été désigné en décembre homme de l'année 2013 par la revue américaine Time. Un magazine homosexuel américain, The Advocate, l'a également élu "personnalité de l'année".

jlv/lrb/ai