NOUVELLES
29/01/2014 09:28 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Le pétrole ouvre en baisse à New York, prudent avant les stocks et la Fed

Les cours du pétrole new-yorkais reculaient légèrement à l'ouverture mercredi, la prudence restant de mise avant la publication du rapport sur les réserves de pétrole aux Etats-Unis et la fin d'une réunion de la Banque centrale américaine (Fed).

Vers 14H15 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars cédait 75 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) et s'échangeait à 96,66 dollars.

Les opérateurs restent en retrait avant la publication à 15H30 GMT du rapport hebdomadaire du département américain de l'Energie (DoE) sur les inventaires de produits pétroliers aux Etats-Unis à la fin de la semaine terminée le 24 janvier.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, les stocks de brut devraient avoir progressé de 2,2 millions de barils, après avoir augmenté de 1 million de barils la semaine précédente.

Cette estimation est inférieure aux chiffres publiés mardi par la fédération professionnelle API, qui a fait état d'une progression des stocks de brut de 4,7 millions de barils.

Les réserves d'essence auraient, elles, progressé de 1,1 million de baril.

Mais les courtiers seront surtout attentifs aux chiffres sur les réserves de produits distillés, qui incluent le fioul de chauffage, selon Bill Baruch du site iiTrader.com.

Grâce à une forte demande en raison du temps exceptionnellement froid aux Etats-Unis, ces stocks ont déjà reculé la semaine dernière et les analystes anticipent une nouvelle baisse de 2,6 millions de barils.

Les investisseurs commencent aussi à redouter les conséquences de cette vague de températures extrêmes qui affecte le Midwest et la côte nord-est des Etats-Unis sur le fonctionnement ou les opérations de maintenance des raffineries.

L'attente de la décision de politique monétaire de la Fed, vers 19H00 GMT, "incite également les courtiers à la prudence", selon Bill Baruch.

La Banque centrale américaine pourrait annoncer une nouvelle diminution de son programme de rachats d'actifs, qui a déjà été réduit de 85 à 75 milliards de dollars en janvier.

Le programme de la Fed ayant tendance à affaiblir la valeur du dollar, toute réduction de ces rachats d'actifs renforce l'attractivité de la monnaie américaine. Or l'appréciation du billet vert rend plus onéreux les achats de pétrole pour les investisseurs munis d'autres devises.

Mais toute diminution du programme de la Fed reflète aussi une amélioration de l'économie américaine, ce qui peut être de bon augure pour la demande de brut en provenance du premier consommateur mondial d'or noir.

jum/sl/sam