NOUVELLES
29/01/2014 03:05 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

La Wii U ne trouve pas son public, les ventes de Nintendo s'effondrent

Nintendo a fait état mercredi de ventes calamiteuses de sa console de salon Wii U, un manque de popularité qui fait douter du bien-fondé de la stratégie du pionnier japonais des jeux vidéo.

Au cours des mois d'avril à décembre 2013, le père de Mario, Pikachu et Zelda est resté ancré dans le rouge sur le plan opérationnel et ne doit son maigre profit net qu'à des gains liés aux fluctuations des monnaies, tandis que ses consoles et jeux ont été victimes de méventes.

Bien qu'il se félicite d'avoir connu de grands succès avec des nouveautés dans les populaires sagas ludiques Pokemon, Zelda ou Mario pour ses consoles de poche 3DS, il concède quand même que "la progression des ventes a été limitée à l'étranger lors de l'offensive des fêtes de fin d'année". Nintendo a écoulé 11,65 millions de 3DS dans le monde en 9 mois et 57,25 millions de jeux.

Le pire provient cependant des consoles de salon Wii U et des divertissements afférents. Cette machine ne parvient pas à trouver son public. Elle ne s'est écoulée qu'à 2,41 millions d'unités dans le monde en trois trimestres et pour l'année, le nombre total devrait plafonner à 2,80 millions, bien loin des 9 millions prévus il y a encore trois mois. Seulement 5,86 millions de Wii U ont trouvé preneurs depuis le lancement de cette machine fin 2012.

Les ventes de jeux conçus par Nintendo pour les Wii U ont été inférieures à 16 millions d'unités, un total très décevant. Pour l'année, la prévision est de seulement 19 millions.

"Nintendo n'a pas réussi à proposer des jeux qui propulsent les ventes de la Wii U", souligne l'analyse Hideki Yasuda de Ace Securities.

Ces mauvais chiffres sont d'autant plus frustrants que ses rivaux Sony et Microsoft se félicitent des départs très réussis de leurs nouvelles bêtes de course lancées en fin d'année dernière hors du Japon, la PlayStation 4 pour le premier, la Xbox One pour le second.

Une stratégie trop axée sur ses consoles?

Pour l'exercice d'avril 2013 à fin mars 2014, Nintendo s'attend à une perte nette de 25 milliards de yens (190 millions d'euros) contre un bénéfice de 55 milliards espéré avant le lancement d'un avertissement sur résultats le 17 janvier. Il avait tout juste sorti la tête de l'eau en 2012-2013, avec un maigre gain net.

Son chiffre d'affaires annuel ne devrait pas dépasser 590 milliards (-7,1% sur un an), après avoir connu un pic près de quatre fois supérieur il y a quelques années, avant une flambée du yen de 2009 à 2012 et l'envolée mondiale du marché rival des smartphones.

Beaucoup d'observateurs du secteur pensent désormais que Nintendo, qui veut cibler un public large et non les seuls "accros invétérés du jeu", a sans doute tort de cloîtrer ses personnages vedettes (Mario, Zelda, les Pokemon) dans ses consoles de poche 3DS ou de salon Wii U, alors qu'ils feraient peut-être un carton sur smartphones et tablettes.

Toute la question est donc désormais de savoir si la maison Nintendo, centenaire qui a su s'adapter aux différentes époques traversées, est capable de franchir le Rubicon, jugent des analystes.

La réponse pourrait être donnée jeudi lors d'une conférence d'experts au cours de laquelle le patron de Nintendo, Satoru Iwata, doit présenter la stratégie du groupe pour tenter de le tirer de la mauvaise passe qui dure depuis plusieurs années déjà.

En attendant, M. Iwata a déjà décidé de payer son tribut en sacrifiant la moitié de son salaire durant 5 mois.

kap/pn/fw

NINTENDO

SONY

MICROSOFT