NOUVELLES
29/01/2014 05:29 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

La Défense sous étroite surveillance

Radio-Canada a appris que le plus gros ministère fédéral, celui de la Défense, a pratiquement perdu la confiance du gouvernement pour la gestion de ses projets.

Incapable de respecter les coûts et les échéanciers prévus, la Défense nationale se voit imposer une forme de tutelle et se retrouve ainsi sous étroite surveillance de la part du Conseil du Trésor.

Les conséquences pourraient être majeures.

Une évaluation soumise au Conseil du Trésor et obtenue par Radio-Canada en vertu de la Loi sur l'accès à l'information indique qu'au cours des 5 dernières années, seulement un projet sur quatre respecte à la fois le budget et l'échéancier prévus.

Plusieurs sources affirment que le lien de confiance a été rompu entre le gouvernement et son plus gros ministère.

« On voit rarement ce genre de preuve publiée noir sur blanc », affirme Sahir Khan, expert en finances publiques et en gouvernance et professeur à l'Université d'Ottawa.

Le constat est tiré d'une évaluation exhaustive qui détermine la capacité de chaque ministère à gérer ses projets.

Plus le niveau de risque et de complexité est élevé, plus la Défense nationale doit se soumettre à une série d'étapes et de filtres.

Le fiasco des F-35 vient immédiatement à l'esprit. Mais ce n'est pas qu'une affaire d'avions de chasse. 80 % du budget des projets du ministère doit être soumis à ce contrôle serré du Conseil du Trésor.

« Retarder de plusieurs années de nombreux projets majeurs est le plus grand risque parce que plus le processus est long, plus ça coûte cher, inflation oblige », explique David Perry, analyste militaire à l'Institut de la Conférence des Associations de la Défense.

De quoi soulever de gros doutes sur l'avenir des 240 milliards de dollars d'équipements militaires que le premier ministre a promis.

Malgré les engagements du gouvernement Harper, le ministère de la Défense se retrouve les mains liées et l'industrie, à la merci des limites imposées par le Conseil du Trésor.

Les retombées économiques pourraient aussi se faire attendre, selon David Perry.

Une question s'impose : comment le gouvernement a-t-il permis que la gestion dérape à ce point?

En attendant, si les nouveaux contrôles semblent à première vue un filet de sécurité sensé, les délais additionnels risquent tout de même de faire gonfler les coûts davantage.

Un reportage de Marc Godbout