NOUVELLES
29/01/2014 08:42 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Eutelsat va déployer un satellite pour couvrir l'Afghanistan

L'opérateur satellitaire européen Eutelsat a annoncé mercredi qu'il allait déployer un satellite pour permettre à l'Afghanistan, pays très montagneux et enclavé, "d'accélérer le déploiement des infrastructures nationales de télédiffusion et de télécommunications, ainsi que la connectivité du pays à l'international".

"Eutelsat et le ministère afghan des Télécommunications et des Technologies de l'Information ont annoncé aujourd'hui avoir signé un protocole d'accord portant sur une location de ressources satellitaires", indique le groupe dans un communiqué.

Dans le cadre de ce contrat pluriannuel, dont le montant n'a pas été dévoilé, Eutelsat va déployer un satellite en orbite à la position 48° Est, à partir de février 2014.

Officiellement appelé "AFGHANSAT 1", ce satellite qui offrira une couverture complète de l'Afghanistan, étendue à l'Asie centrale et au Moyen-Orient, proposera une large gamme de services dont la télédiffusion, l'interconnexion de réseaux de téléphonie mobile et les services IP (internet).

Eutelsat et le ministère ont également convenu d'examiner d'autres possibilités de coopération à plus long terme, indique l'opérateur.

Le satellite AFGHANSAT 1 "rendra les TIC (technologies de l'information et de la communication, NDLR) et la télédiffusion accessibles aux Afghans, en particulier dans les zones enclavées, et vient appuyer le projet du gouvernement afghan de transformer le pays en une société de l'information", a déclaré le ministre des Technologies de l'Information, Amirzai Sangin, cité dans le communiqué.

Au cours des 12 dernières années, l'Afghanistan "a déjà vu la couverture du réseau téléphonie mobile atteindre 88% du territoire et le taux de pénétration correspondant passer de zéro à 75% grâce à l'octroi de licences à six opérateurs. Le secteur des TIC a également créé au cours de cette période plus de 138.000 emplois et a investi plus de 2,1 milliards de dollars dans l'économie nationale", a-t-il ajouté.

etr/cb/fm