NOUVELLES
29/01/2014 07:14 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Des Hells apportaient des armes au travail, clame un entrepreneur de Saskatoon

Un dirigeant d'entreprise minière de Saskatoon qui a renvoyé tous ses employés membres des Hells Angels affirme pour la première fois publiquement que des motards apportaient des armes à feu au travail.

En août 2013, Leonard Banga a licencié tous les employés de Xtreme Mining qui faisaient partie du groupe de motards. Selon lui, la violence qu'ils causaient empêchait le personnel de faire son travail.

Aujourd'hui, l'homme d'affaires précise que des membres des Hells, qu'il refuse de nommer, ont apporté des armes de poing au travail et menacé de mort des employés. Il veut maintenant s'assurer qu'aucun membre du club ne puisse travailler de nouveau chez Xtreme Mining. Il a mis en place un nouveau code de conduite qui empêche ses nouveaux employés d'être liés au crime organisé.

Mis en demeure par des Hells

Trois membres des Hells congédiés par Leonard Banga répliquent à ces accusations. Il disent n'avoir jamais menacé d'autres employés ou apporté d'armes au travail.

Une mise en demeure a été envoyée à Xtreme Mining pour diffamation et rupture de contrat.

La lettre, dont Radio-Canada a obtenu copie, soutient que M. Banga a inventé ses accusations de toutes pièces. D'après ce document, un seul homme, Jesse Bitz, est responsable des violences.

L'homme, un ex-membre des Hells Angels et ex-employé d'Xtreme Mining fait face à huit chefs d'accusation pour menaces de mort contre Leonard Banga.

Amitiés effritées

Leonard Banga et plusieurs membres des Hells Angels de Saskatoon étaient amis depuis l'enfance.

Selon les informations de Radio-Canada, ils ont entre autres voyagé ensemble à Cuba, l'hiver dernier.

Toutefois, la police de Saskatoon craint maintenant pour la sécurité de M. Banga. La police a rencontré l'entrepreneur pour le prévenir que sa tête aurait été mise à prix

Traités en parias

Les trois ex-employés affirment qu'aucune compagnie minière ne voudra désormais les embaucher à cause de cette histoire.

Le directeur des ressources humaines de la mine d'Agrium à Vanscoy, Gavin Rans, admet que sa compagnie n'engagerait pas de membres des Hells Angels après cette affaire.

Cette histoire cause de nombreux remous dans l'industrie minière en Saskatchewan. Plusieurs compagnies examinent en ce moment leurs politiques d'embauche, pour éviter d'engager des membres de groupe criminels.

D'après un reportage de Guillaume Dumont, à ne pas manquer au Téléjournal Saskatchewan