NOUVELLES
29/01/2014 02:47 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Décision de la Fed: pas de réaction marquée sur les marchés américains

Les marchés américains réagissaient peu mercredi à la décision sans surprise de la banque centrale américaine (Fed) de poursuivre la réduction de son aide monétaire et de maintenir les taux directeurs inchangés.

Vers 19H25 GMT, l'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, cédait 0,98% ou 156,86 points à 15.771,70 points, alors qu'il perdait 0,78% quelques instants avant la diffusion du communiqué de l'institution.

L'euro valait 1,3650 dollar, contre 1,3667 dollar mardi vers 22H00 GMT, et 1,3664 dollar juste avant la publication du document.

Le marché obligataire renforçait légèrement sa progression. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans reculait à 2,699% contre 2,746% mardi soir et 2,726% vers 19H00 GMT et celui à 30 ans à 3,642% contre 3,672% à la clôture précédente et 3,658% vers 19H00 GMT.

A l'issue d'une réunion de deux jours, la Fed a décidé de poursuivre, comme attendu, une réduction limitée de son soutien monétaire à l'économie des Etats-Unis et de maintenir les taux d'intérêts proches de zéro.

L'institution, qui estime que la croissance de l'économie américaine s'est "accélérée", réduit de 10 milliards de dollars ses achats d'actifs les portant à 65 milliards de dollars mensuels.

Elle ne mentionne pas les fortes turbulences qui ont récemment affecté les monnaies des pays émergents alors même que la politique monétaire américaine est en partie jugée responsable de ces mouvements.

"En omettant toute reconnaissance de responsabilité dans les récentes évolutions" des devises émergentes, "la Fed signale qu'elle n'entrevoit que peu de risques de contagion vers les pays développés à ce stade", remarquait Omer Esiner, spécialiste des marchés de changes à Commonwealth Foreign Exchange.

"En conséquence la Fed semble prête à continuer à ralentir son soutien monétaire à un rythme de 10 milliards de dollars à chacune des prochaines réunions du FOMC. Cette perspective soutient le dollar et va sans doute continuer à peser sur les actifs des pays émergents", ajoutait-il.

Pour Mace Blicksilver, gérant de portefeuille à Marblehead Asset Management, "il ne faut pas oublier que la Fed n'est pas une maison de courtage au jour le jour" et l'institution pouvait difficilement dévier du cap amorcé en décembre. Aussi sa décision "n'a rien de surprenant" et les marchés réagissaient en conséquence.

jum/sl/gde