NOUVELLES
28/01/2014 11:00 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

Une arme potentielle contre le coronavirus MERS trouvée en laboratoire

Des scientifiques chinois ont découvert, dans des essais réalisés en laboratoire, une arme potentielle pour inhiber le virus mortel de type coronavirus MERS, selon un article publié dans la revue Nature.

Une équipe de chercheur de Fudan University de Shanghaï, emmenée par Jiang Shibo, a mis au point une molécule, en l'occurrence un fragment de protéine, qui "pourrait efficacement bloquer l'infection par le coronavirus MERS" sur des cellules cultivées en laboratoire, explique Nature dans un communiqué.

"Jiang Shibo et ses collègues ont conçu un peptide court (à savoir un fragment de protéine) capable d'interagir avec la protéine de MERS responsable de l'entrée du virus dans les cellules" explique la revue.

Des versions de ce peptide "HR2P" ont "donc un bon potentiel pour être développés à l'avenir en inhibiteur viral efficace pour soigner l'infection par MERS" écrivent les chercheurs chinois dans leur article.

Il s'agit cependant d'une toute première étape avec une expérimentation menée sur des cellules cultivées en laboratoire, et il faudra passer par des tests sur des animaux pour savoir si cette molécule peut efficacement bloquer l'infection par MERS.

Ce nouveau virus, dit du Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Middle East Respiratory Syndrome, MERS) dans la terminologie de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a touché depuis septembre 2012 à l'échelle mondiale 180 personnes, dont 77 sont mortes, selon le dernier bilan de l'OMS.

Le coronavirus MERS provoque principalement des problèmes respiratoires aigus, avec fièvre, toux, essoufflement, et s'accompagne souvent de pneumonie, de problèmes gastro-intestinaux, voire parfois d'une insuffisance rénale.

Le taux de mortalité est particulièrement élevé, de plus de 40%. Ce virus appartient à la même famille que le virus responsable du Syndrome respiratoire aigu sévère (Sras), qui avait fait près de 800 morts dans le monde en 2003.

La plupart des infections par MERS se sont concentrées au Moyen-Orient en particulier en Arabie Saoudite (le pays de loin le plus touché), les Émirats arabes unis et le Qatar.

Des cas plus isolés ont été observés en Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie, Jordanie et Tunisie principalement chez des personnes ayant voyagé dans la région du Moyen Orient.

ri-ot/dab/sd