NOUVELLES
28/01/2014 01:38 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

Réfugiés syriens: le Maroc convoque l'ambassadeur algérien à Rabat (ministère)

Le Maroc a annoncé mardi avoir convoqué l'ambassadeur d'Algérie pour exprimer sa "forte désapprobation" au sujet d'un refoulement par ce pays de plusieurs dizaines de réfugiés syriens au cours des derniers jours, une accusation toutefois rejetée par Alger.

Le diplomate a été convoqué au ministère des Affaires étrangères, à Rabat, "suite à l'expulsion par les autorités algériennes vers le territoire marocain de plus de 70 ressortissants syriens", est-il indiqué dans un communiqué de ce ministère, cité par l'agence officielle MAP.

"Le Maroc déplore profondément cet acte inhumain, d'autant plus qu'il s'agit de femmes et d'enfants dans une situation de vulnérabilité extrême", poursuit le même texte.

Auparavant, le ministère de l'Intérieur avait déjà évoqué des "protestations officielles" de Rabat auprès d'Alger "contre ces opérations de refoulement contraires aux règles de bon voisinage". Il avait fait état de 77 personnes expulsées, "dont 18 femmes et 43 enfants", depuis dimanche.

L'Algérie a vigoureusement réfuté lundi ces accusations, avançant que ses gardes frontières n'avaient fait que "refuser l'accès sur le territoire national" à des "ressortissants syriens refoulés par les autorités marocaines".

La présidente de l'association marocaine Al Wafae pour le développement social, Nassiha Bassraoui, a indiqué à l'AFP avoir accueilli depuis la semaine dernière plus de 70 Syriens en provenance d'Algérie.

Contactée mardi, une source humanitaire ayant requis l'anonymat a précisé que 27 d'entre eux avaient été transférés à Rabat. Elle a ajouté ne disposer d'aucun élément pour étayer leur refoulement initial par les autorités algériennes.

La frontière entre l'Algérie et le Maroc, longue de plus d'un millier de kilomètres, est officiellement fermée depuis 1994 et toutes les tentatives de réouverture ont échoué du fait des nombreux désaccords politiques.

A l'automne dernier, Rabat avait un temps rappelé son ambassadeur en Algérie pour "consultations", à la suite d'une brusque montée de tensions autour de la question des droits de l'Homme au Sahara occidental, une ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc.

Les ONG évoquent régulièrement le refoulement de clandestins, la plupart d'origine subsaharienne, des deux côtés de la frontière commune, en l'absence de coopération bilatérale.

S'agissant du Maroc, environ un millier de réfugiés syriens se trouvent actuellement sur son sol, d'après le Haut commissariat aux réfugiés (HCR).

Ils sont dans l'attente d'un statut de "protection temporaire" qui leur permettrait, selon le HCR, de demeurer légalement sur place voire de bénéficier d'un "programme d'assistance".

gk/vl