NOUVELLES
28/01/2014 04:26 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

Oeuvres volées par les nazis: la ministre de la Culture allemande veut intensifier la recherche

La ministre allemande de la Culture, Monika Grütters, a annoncé qu'elle veut intensifier la recherche des oeuvres d'art volées par les nazis aux juifs pendant la deuxième Guerre mondiale, dans un entretien au Frankfurter Allgemeine Zeitung de mercredi.

"Les moyens débloqués pour la recherche de la provenance des oeuvres seront doublés", a-t-elle promis dans le grand quotidien allemand.

La découverte en février 2012 - rendue publique seulement en novembre 2013 - d'environ 1.400 oeuvres d'art, dont des tableaux de Matisse ou Chagall, dans l'appartement munichois de Cornelius Gurlitt, fils d'un marchand d'art qui avait largement profité des spoliations opérées par les nazis sous le troisième Reich, avait suscité l'emoi en Allemagne et bien au-delà.

Une partie de ces chefs d'oeuvre a vraisemblablement été volée par les nazis. Un groupe d'experts a été chargé d'étudier les oeuvres pour séparer celles qui appartiennent légalement à l'octogénaire de celles qui ont été volées.

D'autre part, Mme Grütters a indiqué réfléchir à une modification de la commission consultative chargée de rendre un avis en cas de litige entre les héritiers de juifs spoliés et certains musées allemands.

La Commission "Limbach", du nom de sa présidente Jutta Limbach, l'ancienne présidente de la Cour constitutionnelle allemande, pourrait être "ouverte à des représentants d'organisations juives", a suggéré Mme Grütters.

Outre Jutta Limbach, cette commission est actuellement composée de l'ancien président de la République allemande Richard von Weizsäcker, ainsi que d'experts.

Elle a été récemment sollicitée pour rendre un avis sur le "Trésor des Guelfes", l'une des plus grandes collections d'art religieux du Moyen-Âge, comprenant au total une quarantaine de pièces d'orfèvrerie, reliquaires, croix et autres objets liturgiques fabriqués entre le XIe et le XVe siècle.

Cette splendide collection d'objets religieux médiévaux est exposée dans un musée berlinois, mais les héritiers de marchands d'art juifs estiment que leurs aïeuls ont été forcés de vendre à vil prix par les nazis, en 1935.

hap/gg