NOUVELLES
28/01/2014 06:50 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

Obama prévient qu'il agira par décret si le Congrès bloque

Barack Obama va prévenir mardi qu'il agira par décret si le Congrès refuse de prendre des mesures en faveur de la classe moyenne, selon des extraits de son discours sur l'état de l'Union diffusés à l'avance par la Maison Blanche.

De même source, le président américain va déplorer l'accroissement des inégalités ces 30 dernières années dans son pays et affirmer que la mission du gouvernement est "de renverser cette tendance".

Pour ce faire, le dirigeant démocrate a prévu de présenter une série de propositions "concrètes et pratiques" pour "faire accélérer la croissance, renforcer la classe moyenne et créer des nouvelles passerelles vers la classe moyenne", va-t-il expliquer.

Certaines de ces mesures "vont requérir une action du Congrès, et j'ai hâte de travailler avec vous tous", va affirmer M. Obama, dont le programme économique et social a été contrecarré ces dernières années par les républicains majoritaires à la Chambre des représentants.

"Mais les Etats-Unis ne restent pas immobiles, et moi non plus. Donc, quand je pourrai prendre des mesures sans passer par la voie législative pour améliorer les occasions de réussir pour davantage de familles américaines, c'est ce que je ferai", va marteler le président.

"Ce qui à mon avis unit les gens dans ce pays, au delà des races, des régions, des partis - les jeunes, les vieux, les riches, les pauvres - c'est la croyance simple et profonde dans l'idée d'une possibilité pour tous de réussir, la notion que si l'on travaille dur et que l'on prend ses responsabilités, on peut progresser", va affirmer M. Obama, toujours selon ces extraits publiés avant le discours prévu à 21H00 (02H00 GMT mercredi) au Capitole de Washington.

"Soyons francs: cette foi a subi de graves revers. Depuis plus de trois décennies, avant même que la grande récession (de 2007-2009, ndlr) s'abatte, des évolutions technologiques massives et la concurrence mondiale ont éliminé de nombreux emplois de qualité de la classe moyenne, et sapé les fondations de l'économie dont leurs familles dépendent", va observer le dirigeant démocrate.

"Après quatre années de croissance économique, les bénéfices des entreprises et le cours des actions ont rarement atteint des niveaux aussi élevés, et les plus privilégiés ne se sont jamais aussi bien débrouillés", va-t-il encore remarquer.

"Mais les salaires moyens ont à peine évolué. Les inégalités se sont creusées. La progression sociale vers le haut a calé. La vérité, pure et simple, est que même en pleine reprise, trop d'Américains travaillent plus dur qu'avant juste pour joindre les deux bouts, et je ne parle pas de progresser. Et trop d'entre eux ne travaillent pas du tout", va déplorer le dirigeant américain.

tq/jca