NOUVELLES
28/01/2014 09:22 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

L'enfer sur les routes, le paradis pour les débosseleurs

Les conditions routières difficiles depuis le début de l'hiver tiennent les débosseleurs particulièrement occupés à Québec. Seulement dans la journée d'hier, plus de 200 accidents ou sorties de route sont survenus dans la région.

« Le malheur des uns fait le bonheur des autres comme on dit », lance Jean-François Tremblay qui est gérant de la carrosserie chez Autofix. Une soixantaine de véhicules attendaient pour être réparé mardi matin dans la cour du débosseleur.

« On s'attend à avoir beaucoup d'achalandage avec les sorties de route qu'il y a eu hier, les accrochages dans les centres d'achat », explique-t-il. Les délais sont actuellement de trois semaines pour faire réparer sa voiture de façon non urgente chez Autofix. Cette attente peut dépasser six semaines dans certains garages.

Depuis le début de l'hiver, les affaires roulent particulièrement bien pour les experts en carrosserie. « Je vous dirais qu'il y a une augmentation au moins de 60 % au niveau de l'achalandage dans notre atelier, raconte Jean-François Tremblay. La dernière année qu'on a vu ça, c'est en 2008, même que c'est peut-être un peu plus fort. »

Le constat est le même chez ProColor dans le secteur D'Estimauville où les délais d'attente ont doublé en raison de la hausse de l'achalandage.

« Ces temps-ci avec la neige et surtout la pluie et le gros gel, il y a beaucoup d'accidents, explique Éric Lavallée. Les jobs sont quand même assez grosses étant donné que l'hiver les gens ont de plus gros accidents. »

En raison de la forte demande pour les pièces, des retards sont aussi observés chez les concessionnaires et les recycleurs.