NOUVELLES
28/01/2014 12:05 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

Kenya: un Chinois risque la prison pour trafic d'ivoire

NAIROBI, Kenya - Un ressortissant chinois pourrait écoper de sept ans de prison s'il n'acquitte pas une amende de 230 000 $ US, après avoir été reconnu coupable de trafic d'ivoire par un tribunal kenyan.

Le Kenya a récemment adopté des lois plus strictes pour lutter contre le braconnage.

L'homme de 40 ans, Tang Yong Jian, a plaidé coupable après avoir été arrêté en possession d'ivoire brute d'une valeur de 6000 $ US à l'aéroport international de Nairobi, le 18 janvier. Il voyageait entre le Mozambique et la ville chinoise de Guangzhou.

Un autre Chinois devait être mis en accusation mardi après avoir été arrêté la veille, alors qu'il voyageait du Congo vers la Chine.

Les pays africains font face à un défi énorme quand vient le temps de protéger leurs animaux menacés.

Au Togo, les autorités ont annoncé mardi la saisie de près de 1700 kilos de défenses d'éléphants dans un conteneur à destination du Vietnam. Les suspects, un Vietnamien et ses présumés complices togolais, ont été présentés à la presse mardi et la police a indiqué que d'autres arrestations sont possibles.

Les défenses saisies proviennent d'environ 230 éléphants. La loi togolaise prévoit cinq ans de prison pour le trafic d'ivoire.

Au Kenya, le dossier de Tang était suivi de près par les environnementalistes qui espèrent que les nouvelles lois auront un effet dissuasif envers les braconniers.

«Nous applaudissons la peine, a dit Paul Muya, du Service kenyan de la faune. C'est la première en son genre depuis l'adoption des nouvelles lois et nous sommes certains que ça découragera les braconniers pour nous permettre de sauver les espèces en péril du pays.»

La demande asiatique pour l'ivoire alimente le braconnage en Afrique. Certains acheteurs chinois seraient prêts à verser jusqu'à 2400 $ US le kilo. Le trafic illégal de l'ivoire aurait plus que doublé depuis 2007.

Il resterait moins d'un million d'éléphants en Afrique, comparativement à plus de cinq millions il y a 70 ans.