NOUVELLES
28/01/2014 08:52 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

HRW appelle la Jordanie à lever les restrictions sur la liberté d'expression

Human Rights Watch (HRW) a une nouvelle fois appelé la Jordanie à lever les restrictions sur la liberté d'expression, dans son rapport 2014 sur les droits de l'Homme dans le monde.

Dans ce rapport présenté mardi en conférence de presse à Amman, l'ONG basée à New York évoque notamment les procès devant des tribunaux militaires de protestataires et demande aux députés d'"introduire des réformes essentielles en 2014 pour lever ou amender les lois imposant des limites inadmissibles à l'expression libre".

"Il est honteux que les procureurs jordaniens puissent encore emprisonner des gens ayant simplement scandé des slogans durant une manifestation ou exprimé une opinion sur un dirigeant", affirme Nadim Houry, directeur-adjoint de HRW chargé du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.

"Les garanties constitutionnelles restent lettre morte si les autorités ne se débarrassent pas des dispositions du code pénal les entravant", selon lui.

Selon le rapport, les autorités ont poursuivi en 2013 des personnes contre lesquelles elles ont retenu des charges vagues -comme "insulte à une entité officielle", "atteinte au régime politique" ou "troubles aux relations avec un Etat étranger"-, dans le but d'"étouffer" l'expression pacifique.

Il cite une affaire datant de septembre 2013 concernant deux journalistes jordaniens accusés d'avoir posté sur leur site d'informations une vidéo considérée comme offensante à l'égard du frère de l'émir du Qatar.

Les journalistes ont été détenus jusqu'au 31 décembre quand une cour d'appel les a libérés sous caution renvoyant l'affaire de la Cour de Sûreté de l'Etat au tribunal de première instance.

HRW critique également le gouvernement pour avoir bloqué en juillet plus de 200 sites internet qui n'avaient pas respecté la loi de la presse amendée en 2012 requérant qu'ils soient enregistrés auprès du département gouvernemental chargé des médias.

Le rapport souligne que des dizaines de manifestants pro-réformes font face à des accusations liées au terrorisme et jugés devant la cour militaire "simplement pour avoir scandé des slogans ou arboré des signes critiques du roi et autres responsables".

Aucun responsable n'était joignable dans l'immédiat pour commenter ce rapport.

Pour Adam Coogle, chercheur pour HRW dans la région, "quelques petits pas en avant ont été effectués" sur la voie des réformes "mais en général la situation n'a pas vraiment changé".

Des manifestations ont eu lieu périodiquement depuis trois ans en Jordanie pour réclamer des réformes économiques et politiques et l'éradication de la corruption.

kt-akh/feb/tp