NOUVELLES
28/01/2014 03:39 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

France: rejet du recours déposé par la jeune Rom Leonarda et sa famille

Le tribunal administratif de Besançon (est de la France) a rejeté mardi le recours des parents de Leonarda Dibrani, la jeune Rom expulsée le 9 octobre avec sa famille par la France vers le Kosovo.

La famille de la collégienne de 15 ans dont l'expulsion avait provoqué une vive émotion en France, a encore la possibilité de faire appel de cette décision.

Le tribunal a suivi les conclusions du rapporteur public (le magistrat indépendant chargé d'exposer le dossier), qui s'était prononcé pour le rejet des requêtes lors de l'audience le 7 janvier.

Il a notamment relevé dans un communiqué "l'absence d'obstacle à la reconstitution de la cellule familiale au Kosovo", le pays d'origine des deux parents, et d'autre part "l'absence de perspectives d'insertion économique et sociale en France" du père de Leonarda, Resat Dibrani, "et de toute insertion dans la société française" de la mère de Leonarda.

Il a également noté "l'absence de suivi dans la scolarité de leurs enfants" et "la possibilité pour les plus jeunes d'entre eux de poursuivre leur scolarité au Kosovo". En conséquence, il a estimé que les mesures prises par le préfet du Doubs "ne contrevenaient pas" aux droits de l'enfant garantis par la convention de New York.

"Il ne s'agit pas du combat singulier d'une administration contre des personnes", a souligné l'avocat du préfet du Doubs, Me Yves Claisse, soulignant que la famille n'avait "pas de droit à obtenir un titre de séjour sur le territoire français".

"On s'y attendait, on n'est pas du tout surpris", a pour sa part réagi Jean-Jacques Boy, membre de Réseau Education Sans Frontières (RESF) dans le Doubs qui soutenait la famille.

A Kosovska Mitrovica, au Kosovo, où vit la famille, Leonarda a accueilli avec désarroi la décision française.

"Ils auraient mieux fait de nous tuer car ici ce n'est pas une vie, ce n'est pas de la justice mais de l'injustice, je vais me tuer car ici nous n'avons pas de vie", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Les parents Dibrani et leurs sept enfants, âgés de un à 23 ans, étaient arrivés irrégulièrement en France en janvier 2009, après avoir vécu plusieurs années en Italie

Les conditions de l'expulsion à Pontarlier (est) de Leonarda, prise en charge par la police à la descente d'un bus scolaire alors qu'elle participait à une sortie pédagogique, avait soulevé une vague d'émotion et fait descendre dans la rue des milliers de lycéens.

Le président François Hollande avait proposé à Leonarda de rentrer en France, mais sans sa famille. L'adolescente avait refusé et le chef de l'Etat était sorti politiquement affaibli de cette affaire.

Jusqu'à présent, l'ensemble des demandes judiciaires ou administratives de la famille pour obtenir le droit d'asile ou un titre de séjour ont été rejetées.

as/kal/bfa/nou/abk