NOUVELLES
28/01/2014 09:06 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

Décès du chef historique de l'extrême droite espagnole Blas Piñar (presse)

Le chef historique de l'extrême droite espagnole, Blas Piñar, fervent défenseur de la dictature franquiste, est décédé mardi à son domicile à l'âge de 95 ans, selon les médias espagnols.

Ardent soutien du coup d'Etat qui a mené Francisco Franco au pouvoir et de sa dictature (1939-1975), Blas Pinar a été assidu aux commémorations de la mort de Franco jusqu'en 2010.

"Nous sommes fiers de la noble croisade espagnole contre le communisme en 1936", avait-il affirmé lors de la commémoration de 1992.

Né en 1918 à Tolède (centre), fils de militaire, Blas Pinar était docteur en droit et a commencé sa carrière politique pendant la dictature, au cours de laquelle il a été procureur pendant plusieurs législatures.

Il fut, dans le même temps, directeur de l'Institut de culture hispanique entre 1957 et 1962, organisme qui devint par la suite l'Institut de coopération ibéro-américaine, créé en 1979 au début de la transition démocratique.

En 1976, il fonde le parti Force nouvelle, avec le slogan "Dieu, Patrie et Justice", devenu la formation emblématique de l'extrême droite au cours de la transition.

Lors des élections législatives de 1979, après l'adoption de la Constitution de l'année précédente, il a été élu député de la coalition de l'Union nationale dont son parti était membre.

Il s'opposa alors à la création de régions autonomes et fut témoin de la tentative de coup d'Etat du 23 février 1981, soutenue par la suite dans un manifeste par son fils.

En 1982, Force nouvelle se dissoudra et renaîtra, quatre ans plus tard, sous le nom de Front national, mais ne gagnera aucun siège au parlement.

Après des pactes successifs avec d'autres formations et plusieurs changements de nom, il participera en 2004 à la création de Alternative espagnole, dont il était président d'honneur et avec laquelle il participera à ses dernières élections municipales en 2011.

Blas Pinar était malade depuis plusieurs années, mais il est resté actif jusqu'à peu de temps avant sa mort en écrivant et en publiant plusieurs articles dans des revues d'extrême droite.

gr/ib/plh