NOUVELLES
28/01/2014 12:43 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

Chine: risque d'un défaut de paiement sur un produit d'investissement apparemment écarté (document)

Le risque d'un défaut de paiement sur un produit d'investissement chinois, qui menaçait d'ébranler une partie du secteur financier du pays, est apparemment écarté, selon un document de la banque ICBC consulté mardi par l'AFP.

Industrial and Commercial Bank of China (ICBC), la plus grosse banque de Chine, avait vendu à quelque 700 de ses clients un produit d'investissement appelé "Credit Equals Gold #1 Trust", leur promettant un rendement de 10% par an --bien plus que ce qu'offrent les simples dépôts bancaires aux taux d'intérêt maigrelets.

Mais les intérêts versés avaient fondu, et la société qui avait structuré ce produit financier, China Credit Trust, a finalement annoncé début janvier qu'elle ne serait pas capable de s'acquitter d'une échéance de 3 milliards de yuans (360 millions d'euros) due le 31 janvier.

De l'avis des experts, un tel défaut de paiement, sans précédent, aurait été de nature à affoler les marchés et à déstabiliser en profondeur la "finance de l'ombre", un gigantesque réseau d'établissements de crédit non régulés qui ont prospéré en-dehors du système bancaire chinois.

ICBC avait assuré la semaine dernière n'avoir aucune responsabilité directe dans le produit incriminé, mais la banque semble s'être ravisée.

Un document dont l'AFP a obtenu copie décrit les modalités de la restructuration de ce produit financier: ICBC demande désormais aux clients concernés de signer une autorisation permettant à China Credit Trust de transférer leurs droits à un "investisseur intéressé" qui n'est pas identifié.

En contrepartie, ils récupéreront leur capital principal (sans les intérêts) poursuit le document -- même s'il n'est pas précisé d'où viendra cet argent.

Wu Min, un investisseur qui a accepté cette proposition mardi, a indiqué à l'AFP que son capital devrait lui être rendu mercredi.

"Après tout, 3 millions de yuans n'est pas une petite somme. Il sera temps ensuite de voir s'il y a moyen de recouvrer les intérêts", a-t-il souligné.

L'arrangement proposé pourrait permettre d'apaiser les craintes des marchés financiers, estiment les experts.

"Un défaut sera probablement évité dans l'immédiat, même si la résolution finale prendra des mois sinon des années. Des financements supplémentaires pourraient être nécessaires", a commenté Wang Tao, analyste de UBS Securities.

Parmi les investisseurs floués, qui avaient dénoncé une "fraude pure et simple", certains se montraient mardi prudents et méfiants.

"Je ne vais pas signer cet accord. C'est tellement confus, et on ne sait pas qui est ce repreneur intéressé. Si l'idée est d'échanger une servitude pour une autre, ce sera sans moi", a indiqué à l'AFP un investisseur nommé Wang.

Le fonds constitué apportait des financements à Zhengfu Energy, dans la province du Shanxi (nord). Mais ce groupe minier n'a jamais obtenu de permis pour exercer ses activités et son propriétaire a été arrêté en 2012.

awt-jug/seb/ob