NOUVELLES
28/01/2014 03:44 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

Arrestation d'un dirigeant des Serbes du Kosovo soupçonné de crimes de guerre

Un des principaux dirigeants politiques des Serbes du nord du Kosovo, Oliver Ivanovic, a été placé mardi en état d'arrestation pour une période d'un mois, soupçonné d'implication dans des crimes de guerre commis durant le conflit serbo-kosovar, a-t-on indiqué de source officielle.

Un juge international a décidé tôt mardi matin de donner suite à une requête du procureur de la Mission de police et de justice de l'Union européenne au Kosovo (Eulex) qui avait entendu M. Ivanovic pendant plusieurs heures lundi au commissariat de Kosovska Mitrovica, principale ville du nord du Kosovo, en présence de son avocat.

Après avoir passé la nuit en garde à vue, M. Ivanovic, un politicien modéré, a été transféré mardi matin à la prison de Pristina.

M. Ivanovic, 60 ans, est le premier haut représentant de la communauté serbe du Kosovo à être interpellé par l'Eulex pour des accusations de crimes de guerre.

Deux crimes "qui se sont produits en 1999 et en 2000 et dont les victimes étaient des Albanais" lui sont reprochés, a dit à l'AFP Me Nebojsa Vlajic, l'avocat du responsable serbe.

Aucun autre détail sur les faits qui lui sont reprochés n'a filtré.

Selon la presse kosovare, M. Ivanovic est soupçonné de tortures et d'assassinats de Kosovars albanais.

Eulex est une mission de l'UE mise en place en 2008 pour gérer les affaires de crimes de guerre mais aussi des dossiers particulièrement sensibles comme les cas liés à la corruption et la criminalité organisée.

Oliver Ivanovic, ancien secrétaire d'État serbe pour le Kosovo, a été élu conseiller municipal dans le nord de Kosovska Mitrovica, où les Serbes sont majoritaires, sur une liste indépendante, lors des élections locales fin 2013.

"Nous avons des raisons de penser que l'arrestation de M. Ivanovic et les accusations dont il fait l'objet représentent une pression politique. Les conseillers municipaux élus sur sa liste vont sans doute démissionner aujourd'hui", a déclaré à l'AFP Ksenija Bozovic, une proche de M. Ivanovic.

Oliver Ivanovic est un des dirigeants serbes du Kosovo les plus en vue. Il prône le dialogue et le compromis avec la communauté albanaise majoritaire, dont il parle couramment la langue. Il était un interlocuteur privilégié des représentants de la communauté internationale sur place.

Il réside à Kosovska Mitrovica, une ville ethniquement divisée où les Serbes sont majoritaires au nord de la rivière Ibar et les Albanais dans le sud, et qui a souvent été le théâtre de violences interethniques.

Lorsque les forces serbes ont quitté le Kosovo, en juin 1999 au terme d'une campagne de frappes aériennes de l'OTAN, M. Ivanovic avait été un des leaders qui avaient mis en place un groupe appelé les "Gardiens du pont", avec pour but d'empêcher toute incursion albanaise dans le nord de Kosovska Mitrovica.

En 2001, M. Ivanovic avait été élu au Parlement kosovar sur une liste serbe.

Un accord historique sur la normalisation des relations entre Belgrade et Pristina a été conclu en avril 2013 sous la houlette de Bruxelles. La Serbie et les Serbes du Kosovo ne reconnaissent pas pour autant l'indépendance du Kosovo, proclamée par la majorité albanaise avec l'appui des puissances occidentales en février 2008.

str-mat/cn/plh