NOUVELLES
27/01/2014 06:33 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

Planche à neige: Mark McMorris demeure optimiste malgré sa blessure

RÉGINA, Sask. - L'espoir de médaille en planche à neige, Mark McMorris, demeure «optimiste» malgré une chute qui lui a fait subir une fracture aux côtes et qui a presque mis fin à son rêve olympique.

Don McMorris, le père du planchiste, a indiqué que Mark garde assez bien le moral après l'incident qui est survenu durant l'épreuve de slopestyle des X-Games présentés à Aspen, au Colorado, samedi.

«Quand nous l'avons quitté dimanche, il pouvait se plier et toucher ses orteils en raison de l'emplacement de la blessure, a déclaré Don McMorris lors d'une entrevue avec La Presse Canadienne. Si la blessure était située à l'avant, il ne pourrait pas faire ça, mais comme c'est à l'arrière, il est en mesure de le faire.

«Il allait beaucoup mieux qu'on le croyait. Il a cinq ou six jours de congé avant de retourner sur sa planche et il est entouré des meilleurs.»

Mark McMorris a chuté avant les sauts et est tombé solidement sur la rampe durant la finale. Il est demeuré au sol durant quelques minutes avant de descendre la pente sans aide.

Le planchiste de 20 ans originaire de Régina a semblé perdre sa concentration.

«Il a probablement sauté sur cette rampe cinquante fois au cours de la semaine et n'a jamais eu de problème puisque c'est, selon moi, son point fort, a ajouté Don McMorris, qui était à Aspen au cours de la fin de semaine. Il se concentrait visiblement sur le saut qu'il allait effectuer puisque c'était quelque chose de majeur.»

Le père de McMorris soutient que son fils ne souffrait pas beaucoup au départ, mais que la douleur s'est amplifiée au courant de l'après-midi. Mark a remporté la médaille d'argent lors de la compétition, mais il était «un peu déprimé», selon son père.

Mark McMorris réalisera un rêve en participant aux Jeux olympiques. Quand il a été nommé sur l'équipe nationale plus tôt ce mois-ci, McMorris a déclaré qu'il s'était «préparé comme un fou».

Sa chute a soulevé beaucoup de questions quant à sa participation aux Jeux de Sotchi.

«Il était très préoccupé, pas nécessairement pour sa propre santé, mais plutôt parce qu'il avait peur de ne pas pouvoir aller aux Olympiques, a commenté son père. Cette idée lui trottait dans la tête et quand ça lui arrive, il est très discret et il ne parle pas beaucoup.»

La partie la plus difficile a été de patienter pour recevoir le diagnostic des médecins de l'équipe. Don McMorris décrit les trois heures d'attente comme étant «angoissantes». Les médecins ont éventuellement décidé que Mark pourrait s'envoler vers Sotchi, tel que prévu.

«Je ne peux pas vous répéter ce qu'il a dit parce que ce ne serait pas publiable, a blagué son père. Il était vraiment soulagé.»

Une côte fracturée prend habituellement six semaines à guérir, ce qui signifie que Mark McMorris n'aura pas le temps de récupérer totalement de sa blessure avant le début des Jeux, qui s'amorcent le 7 février. Son père demeure cependant optimiste.

«Oui, je suis optimiste, je dois l'être, a-t-il dit. Je le suis peut-être trop, parce qu'il souffrira beaucoup et on ne sait pas comment son corps va réagir, mais on a évité le pire et nous en sommes très heureux.»