NOUVELLES
27/01/2014 08:05 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

Le chef de l'armée promu maréchal avant la présidentielle en Egypte

Le commandement militaire égyptien était réuni lundi pour discuter de la possible candidature du général Abdel Fattah al-Sissi à la présidence du pays, peu après l'annonce de sa promotion au grade de maréchal.

Ces annonces constituent pour le chef de l'armée, nouvel et très populaire homme fort d'Egypte un pas supplémentaire vers sa candidature à l'élection présidentielle promise sous trois mois.

C'est le président par intérim Adly Mansour, installé par l'armée après la destitution début juillet de l'islamiste Mohamed Morsi annoncée par Sissi lui-même, qui a promu le maréchal à ce grade. La veille, le chef d'Etat par intérim avait annoncé que la présidentielle se tiendrait avant les législatives, un calendrier qui semble taillé sur mesure pour le maréchal, âgé de 59 ans.

Si ce dernier a savamment distillé depuis plusieurs mois de rares déclarations sibyllines, son entourage ne cache plus son intention de se présenter à la candidature suprême. Mais la Constitution adoptée mi-janvier stipule que le président doit obligatoirement être un civil. Si le maréchal Sissi veut se présenter, il devra donc au préalable prendre sa retraite de militaire ou démissionner de l'armée.

A ce titre, a expliqué un responsable gouvernemental à l'AFP, le grade de maréchal "pourrait être un honneur accordé à Sissi avant qu'il ne quitte l'armée". Un second responsable, qui parlait également sous le couvert de l'anonymat, a aussi estimé que "cette promotion visait à honorer Sissi" avant qu'il ne quitte l'armée, sans toutefois préciser quand le maréchal se déciderait.

La réunion du commandement militaire a été annoncée par l'agence officielle Mena qui a indiqué que "le Conseil suprême des forces armées est réuni sous la direction du ministre de la Défense, le maréchal Abdel Fattah al-Sissi, pour discuter (...) de la demande populaire qui est faite au maréchal Sissi de se présenter".

'Mythe du sauveur'

Au-delà des impératifs constitutionnels, pour Karim Bitar, spécialiste du Moyen-Orient, la promotion à ce grade, le plus élevé de l'armée égyptienne, est "une étape supplémentaire dans la construction politique et médiatique du mythe du sauveur, du héros et de l'homme providentiel".

Par ailleurs, note ce directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), cette distinction, extrêmement rare, intervient alors que les autorités dirigées de facto par l'armée réprime dans un bain de sang les partisans islamistes de M. Morsi.

"D'ordinaire, cette distinction n'est octroyée qu'après une grande victoire militaire. Ce qui signifie que l'on a considéré que la répression actuellement en cours et la +guerre contre le terrorisme+ valait un triomphe sur le champ de bataille", affirme-t-il.

Répression implacable

Depuis sept mois, plus de 1.000 manifestants pro-Morsi ont péri dans l'implacable répression des policiers et des soldats, tandis que des milliers d'islamistes ont été arrêtés, dont la quasi-totalité de la direction des Frères musulmans, l'influente confrérie de M. Morsi qui avait remporté toutes les élections depuis la révolte de 2011.

Depuis, les leaders du mouvement islamiste sont, comme M. Morsi, jugés dans des procès pour lesquels ils encourent la peine de mort. Fin décembre, le mouvement du seul président jamais élu démocratiquement du pays a en outre été déclaré "organisation terroriste", après un attentat meurtrier contre la police pourtant revendiqué par un groupe jihadiste basé dans le Sinaï.

Cette péninsule désertique est depuis l'éviction de Morsi le théâtre quotidien d'attaques contre les forces de l'ordre qui ont perdu des dizaines d'hommes en sept mois. Samedi, le même groupe jihadiste, Ansar Beit al-Maqdess qui dit s'inspirer d'Al-Qaïda, a affirmé y avoir abattu un hélicoptère de l'armée.

Et les attaques, notamment à la voiture piégée, ont gagné jusqu'au coeur du Caire, secouée par cinq explosions ce week-end.

Les médias, à l'unisson de l'armée et de la police, reprennent cette réthorique de la "guerre contre le terrorisme", et samedi, à l'occasion des célébrations du troisième anniversaire de la révolte qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir, des milliers d'Egyptiens se sont massés sur l'emblématique place Tahrir pour conspuer les Frères et appeler Sissi à être candidat à la présidentielle.

"Je comprends que les gens veulent Sissi comme candidat. Ils ont peur pour leur sécurité et réclament un homme fort", explique Alfred Raouf, cadre du parti libéral Al-Dostour qui a soutenu l'éviction de M. Morsi. Mais, dit-il "j'aurai préféré une élection présidentielle opposant des candidats civils pour mettre en place une démocratie civile".

Car, estime le politologue Gamal Abdel Gawad Soltan, "le (futur) président annoncera ses convictions et ses orientations politiques et les partis dont il se dira les plus proches en profiteront" lors des élections législatives qui doivent suivre la présidentielle, assurant au chef de l'Etat un Parlement acquis à sa politique.

se-tgg-sbh/hj