NOUVELLES
27/01/2014 04:38 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

La Défense réévalue ses services en santé mentale, assure le ministre

OTTAWA - Les députés de l'opposition veulent savoir pourquoi la Défense nationale n'a commencé que récemment à embaucher des professionnels en santé mentale, 18 mois après avoir promis d'agir.

Une pénurie de psychiatres, de psychologues, de travailleurs sociaux et de conseillers en dépendance touche le ministère depuis des années, mais une récente vague de suicides — jusqu'à 10 au cours des deux derniers mois — ramène cette pénurie à l'avant-scène.

Le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a demandé lundi au premier ministre de s'attaquer en priorité à cette crise du suicide chez les militaires.

Selon le ministre de la Défense, Rob Nicholson, les services de santé mentale sont déjà prioritaires, mais le gouvernement tente de déterminer si des améliorations doivent être apportées. Il n'a cependant pas voulu s'exprimer davantage sur cette question, lundi.

Dans un rapport publié en 2012, l'ombudsman des Forces canadiennes soulignait que les services médicaux militaires n'avaient jamais atteint leur cible de 447 spécialistes en santé mentale, et les plus récentes statistiques démontrent que ce chiffre a peu bougé depuis que le gouvernement s'est engagé à agir.

On compte actuellement 388 spécialistes en santé mentale à travers le pays, soit neuf de plus qu'en septembre 2012.