NOUVELLES
27/01/2014 07:20 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

La chute de la livre turque contraint la banque centrale à une réunion d'urgence

La livre turque (LT) a continué à s'effondrer lundi face au dollar et à l'euro et contraint la banque centrale turque à convoquer pour mardi soir une réunion d'urgence, sur fond d'inquiétude mondiale pour l'économie des pays émergents.

La devise turque a recommencé dans la matinée à dégringoler pour atteindre de nouveaux planchers historiques au-delà de 2,39 LT pour un dollar et 3,27 LT pour un euro, par rapport à endredi.

A la mi-journée, la banque centrale a annoncé que son comité de politique monétaire se réunirait exceptionnellement mardi soir et qu'elle annoncerait dans la foulée, à 22h00 GMT, de nouvelles mesures pour enrayer la chute de la monnaie nationale.

"Le comité de politique monétaire se réunira mardi soir afin d'évoquer les récents développements et prendre les mesures nécessaires afin d'assurer la stabilité des prix", a indiqué l'institution monétaire dans un communiqué.

L'annonce d'une telle réunion, une première depuis 2011, a eu un effet positif immédiat sur la monnaie turque, qui s'échangeait peu avant 12h00 GMT à 2,3168 LT pour un dollar et 3,1686 LT pour un euro.

Le principal indice de la Bourse d'Istanbul cédait à la même heure 1,36% à 63.554,14%.

La réunion d'urgence annoncée pour mardi a immédiatement relancé les spéculations sur une éventuelle hausse des taux d'intérêt turcs.

Mardi dernier, la banque centrale avait renoncé à cette mesure, pourtant souhaitée par la marché, sous la forte pression du gouvernement islamo-conservateur turc qui redoute son impact négatif sur la croissance et veut éviter de creuser les déficits publics, qui atteignent déjà plus de 7% du produit intérieur brut (PIB) du pays.

L'institution monétaire avait poursuivi sa politique d'injection de liquidités par voie d'adjudication, à hauteur de plusieurs centaines de millions de dollars par jour, et était même intervenue jeudi directement sur les marchés, pour la première fois depuis deux ans, mais sans parvenir à enrayer la chute de la livre.

Comme les monnaies d'autres pays émergents, la livre turque est affectée depuis l'été par le resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui a provoqué un reflux des capitaux étrangers.

Elle subit en outre de plein fouet depuis un mois et demi les effets de la tempête politique provoquée par le scandale de corruption qui éclabousse le Premier ministre islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan.

La banque centrale doit aussi présenter mardi à 10h00 locales (8h00 GMT) ses prévisions d'inflation pour le premier trimestre de l'année 2014

Depuis le 17 décembre, la livre a perdu plus de 10% de sa valeur face au dollar et à l'euro, ravivant les craintes d'une crise financière majeure en Turquie, à l'image de celle qui avait frappé le pays en 2000-2001.

La Turquie fait partie de "ces pays qui ont vécu au-dessus de leurs moyens et qui sont maintenant confrontés à une période de croissance réduite", a relevé lundi la firme d'analyse londonienne Capital Economics.

pa/ros