NOUVELLES
27/01/2014 09:44 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

Kofi Annan appelle à agir pour "mettre fin au cauchemar" des Syriens

L'ex-secrétaire général de l'ONU Kofi Annan appelé lundi la communauté internationale à "tout faire pour mettre fin au cauchemar vécu par le peuple syrien", lors d'une visite à Téhéran du groupe des "Anciens" (the Elders).

"Nous tous, y compris nos hôtes iraniens, sommes profondément inquiets de la situation tragique en Syrie. Nous devons faire de notre mieux pour aider à réduire les souffrances et donner la priorité à l'intérêt du peuple syrien", a déclaré M. Annan à l'issue d'une rencontre avec le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif.

"Nous devons tout faire pour mettre fin au cauchemar vécu par le peuple syrien", a-t-il ajouté dans une courte déclaration à la presse.

L'Iran, principal allié régional du régime de Bachar al-Assad, a été exclu de la conférence de paix sur la Syrie, débutée la semaine passée en Suisse.

Les négociations se poursuivent actuellement à Genève entre le pouvoir syrien et l'opposition pour tenter de mettre fin au conflit qui a fait plus de 130.000 morts et des millions de réfugiés et de déplacés depuis mars 2011.

Après deux jours consacrés aux problèmes des civils assiégés dans les quartiers rebelles à Homs et des milliers de prisonniers et disparus, les discussions bloquaient lundi sur la question du transfert du pouvoir, mais les deux délégations syriennes ont affirmé leur détermination à poursuivre les négociations.

M. Annan intervient dans le cadre des "Anciens", un groupe qui réunit des personnalités de différents pays oeuvrant pour le règlement des conflits dans le monde.

Il est accompagné par les anciens présidents finlandais Martti Ahtisaari et mexicain Ernesto Zedillo, ainsi que par l'archevêque sud-africain et icône de la lutte anti-apartheid Desmond Tutu.

Le groupe, qui s'est entretenu avec l'ancien président iranien Akbar Hachémi Rafsandjani, doit rencontrer jusqu'à mercredi "de nombreuses personnalités influentes".

Cette visite "exploratoire" est destinée à "voir comment les Anciens peuvent aider à réduire les tensions régionales", a souligné un membre de la délégation.

cyj/cco