NOUVELLES
27/01/2014 07:18 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

Apple déçoit avec ses ventes d'iPhone pendant les fêtes

Les ventes de Noël de l'iPhone, le produit vedette d'Apple, n'ont pas été aussi bonnes qu'espéré, ce qui a d'autant plus déçu les investisseurs lundi que s'y sont ajoutées des prévisions jugées trop prudentes.

Le groupe informatique américain, qui publiait les résultats du premier trimestre de son exercice décalé (octobre-décembre), a indiqué n'avoir écoulé pendant cette période que 51 millions d'iPhone, un appareil qui représente à lui seul plus de la moitié de son chiffre d'affaires.

Le groupe a assuré que c'était un niveau "record", à comparer à 47,8 millions d'exemplaires un an plus tôt. Les analystes visaient toutefois 55 millions d'unités après le lancement fin septembre de deux nouveaux modèles, le 5S et le 5C.

Les ventes d'iPhone sont "clairement le point négatif du rapport" trimestriel, estime la banque Barclays dans une note, jugeant la déception "probablement due à un accueil très faible réservé à l'iPhone 5C", la moins chère des deux nouvelles versions. Elle était censée répondre à la concurrence des smartphones meilleur marché des fabricants qui, comme Samsung, utilisent le logiciel Android de Google.

Apple n'a pas détaillé les ventes des deux modèles, mais ses dirigeants ont reconnu lors d'une téléconférence avec des analystes que leur répartition avait été "différente" de ce qu'ils attendaient, laissant entendre que la version 5S et son tout nouveau lecteur d'empreintes digitales avait davantage séduit les consommateurs.

Si le bénéfice net a stagné sur le trimestre, au niveau néanmoins plus qu'honorable de 13,1 milliards de dollars, le bénéfice par action, qui fait référence à Wall Street, a en effet dépassé de 41 cents les attentes des analystes, à 14,50 dollars.

Le chiffre d'affaires a également augmenté un peu plus que prévu, de 6% à 57,6 milliards de dollars.

Lourds investissements dans de nouveaux produits

Apple a toutefois douché tout enthousiasme en disant attendre seulement 42 à 44 milliards de dollars de chiffre d'affaires pour son deuxième trimestre, entamé début janvier, quand les analystes visaient jusqu'ici en moyenne 46,05 milliards.

Surtout après l'accord de commercialisation de l'iPhone, qui a débuté mi-janvier avec le premier opérateur mondial de téléphonie mobile, China Mobile, et a connu un "démarrage incroyable", selon le directeur général d'Apple, Tim Cook: il a affirmé qu'Apple avait enregistré sur la première semaine un niveau de ventes de téléphones jusqu'alors jamais vu dans ce pays.

Le groupe affiche de manière générale de bonnes performances en Chine, où son chiffre d'affaires a bondi de 29% à 8,8 milliards de dollars sur la période octobre-décembre.

Si ses ventes de Noël de l'iPhone ont déçu, celles d'iPad ont répondu aux attentes, progressant de 14% sur un an à 26 millions d'unités. Celles d'ordinateurs Mac ont aussi augmenté, de 19% à 4,8 millions d'unités, mais celles des baladeurs iPod, dont Apple n'a plus renouvelé la gamme depuis 2012, ont chuté de 52% à 6 millions d'exemplaires.

Les résultats confirment l'importance cruciale de la sortie très attendue cette année de nouvelles catégories de produits pour succéder à l'iPhone, avec des spéculations récurrentes sur une montre, un produit de salon lié à la télévision ou un service de paiements.

Apple n'a pas donné de détails lundi, si ce n'est pour assurer qu'il investissait "lourdement" à cet effet et était "très confiant dans les nouveaux produits en préparation", selon son directeur financier Peter Oppenheimer.

soe/sl/gde