NOUVELLES
26/01/2014 10:10 EST | Actualisé 28/03/2014 05:12 EDT

Irak: des soldats capturés à Fallouja, 13 morts à travers le pays

Plusieurs soldats ont été capturés dimanche près de Fallouja, selon des témoins et des images qui auraient été tournées dans les environs de cette ville située à l'ouest de Bagdad et tombée début janvier aux mains d'insurgés, dont des combattants liés à Al-Qaïda.

A travers l'Irak, 13 personnes sont mortes dans de nouvelles violences, portant à plus de 850 le nombre de tués pour le mois de janvier, soit plus de trois fois le bilan de janvier 2013.

Selon des témoins, dimanche matin, des combattants anti-gouvernementaux ont attaqué un poste de l'armée à la périphérie de Fallouja, à 60 km de Bagdad, forçant des soldats à battre en retrait tandis que d'autres se rendaient.

Selon les témoignages, entre 5 et 22 soldats seraient tombés aux mains des insurgés.

En outre, des vidéos, dont l'authenticité n'a pu être vérifiée, ont été postées sur YouTube, l'une d'elles montrant cinq hommes portant l'uniforme de l'armée assis à l'arrière d'un pick-up, entourés de personnes agitant le drapeau noir des jihadistes et scandant des slogans favorables à l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL, lié à Al-Qaïda).

Sur une autre, on peut voir des insurgés au volant de deux Humvees de l'armée. Selon des témoins, six de ces véhicules ont été pris aux militaires, dont trois ont été incendiés.

Ailleurs dans la province de Anbar, deux officiers de police ont indiqué que les insurgés s'étaient emparés de deux commissariats à Al-Boubali et Albou-Obeid, deux zones rurales situées entre Falloujah et le chef-lieu de la province, Ramadi, distant de 40 km. Peu auparavant, les forces d'élite de la sécurité irakienne s'étaient retirées des lieux qu'ils ont laissés aux mains de la police.

Les deux officiers qui se sont exprimés sous le couvert de l'anonymat ont expliqué que les policiers avaient fui le secteur et emmené leurs familles, laissant armes et équipements derrière eux, après avoir été encerclés par des combattants anti-gouvernementaux.

L'armée mène depuis plus de deux semaines, en vain, une opération destinée à reprendre des secteurs de la province d'Al-Anbar, notamment Ramadi, que les insurgés contrôlent partiellement et qui était comme Fallouja un bastion de l'insurrection après l'invasion américaine de 2003.

Selon des témoins et des chefs de tribus, l'EIIL fait régner sa loi à Fallouja. Une femme et ses trois enfants y ont été tués tôt dimanche par un tir de projectile sur leur maison, a indiqué le docteur Ahmed Chami, sans pouvoir en préciser l'origine.

Par ailleurs, neuf personnes sont mortes dimanche dans des violences à travers l'Irak, dont quatre dans trois attaques visiblement coordonnées à la voiture piégée à Kirkouk (nord). Quatre autres personnes dont un ancien général de l'armée ont été tuées par des attaques dans et autour de Bagdad. Une neuvième personne, un notable tribal, a péri à Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak, tué par balle dans sa voiture.

bur-psr/hkb/cbo-feb/cco