NOUVELLES
26/01/2014 11:33 EST | Actualisé 28/03/2014 05:12 EDT

Égypte: l'élection présidentielle sera tenue avant les législatives

LE CAIRE, Égypte - L'élection présidentielle aura lieu avant les législatives en Égypte, a annoncé dimanche le président par intérim, qui a aussi promis que la montée d'un «sombre terrorisme» au pays ne ferait pas avorter la transition démocratique amorcée au lendemain du coup d'État, le 3 juillet dernier.

Cette annonce, attendue depuis des semaines, survient alors que plusieurs croient que le chef de l'armée, Abdel-Fatah el-Sissi, se présentera à la présidentielle. Le général avait orchestré, l'été dernier, l'expulsion du président islamiste déchu, Mohammed Morsi.

Les Égyptiens n'en demeurent pas moins divisés, comme en témoignent les violents affrontements entre islamistes et partisans de l'armée. Samedi, les heurts entre les forces de l'ordre — rejoints par des Égyptiens pro-armée —, les fidèles de M. Morsi ont fait 49 morts. Les attentats contre l'armée ont aussi augmenté, dont une attaque ayant tué trois soldats dimanche dans la péninsule du Sinaï.

Dans une brève allocution à la télévision d'État, dimanche, le président par intérim, Adli Mansour, a fait savoir qu'il demanderait à la Commission électorale de permettre aux candidats à la présidence du pays de s'enregistrer.

Selon la nouvelle Constitution égyptienne récemment adoptée par les parlementaires, la présidentielle doit avoir lieu à l'intérieur des 90 jours suivant son adoption, ou avant la fin du mois d'avril. Les élections législatives devront quant à elles être tenues avant la fin du mois de juillet.

Plusieurs appels ont été lancés pour que le général el-Sissi se présente, ses partisans affirmant que seul un homme à la poigne solide sera en mesure de mettre de l'ordre dans l'éventail de problèmes auxquels est confronté l'Égypte.

Il n'a toutefois pas encore fait d'annonce officielle à cet égard. Le général devrait d'abord démissionner de son poste de ministre de la Défense avant d'entamer sa campagne présidentielle.

M. Mansour a soutenu dimanche que la montée du terrorisme ne ferait pas dérailler le processus de transition démocratique.

«Ces attentats terroristes visent à anéantir la volonté des Égyptiens. Je tiens à dire aux terroristes que vous ne réussirez pas à atteindre votre objectif avec vos gestes méprisables», a-t-il soutenu.