NOUVELLES
26/01/2014 09:09 EST | Actualisé 28/03/2014 05:12 EDT

Des milliers de personnes à Kiev rendent hommage à un manifestant tué

Des milliers de personnes, dont les leaders de l'opposition ukrainienne, ont assisté dimanche au service funèbre à Kiev en hommage à un jeune manifestant tué cette semaine lors de violents heurts avec les forces de l'ordre.

Fleurs à la main, drapeau ukrainien sur les épaules, une importante foule s'est réunie à l'intérieur de la cathédrale Saint-Michel, dans la cour du monastère et jusqu'en dehors de ses murs, pour rendre hommage à Mikhaïl Jiznévski.

Le jeune homme de nationalité bélarusse, qui selon l'un de ses amis aurait eu 26 ans dimanche, est mort par balle mercredi lors des scènes de guérilla urbaine, inédites en deux mois de contestation en Ukraine, dont la capitale a été le théâtre ces derniers jours.

Sa dépouille vêtue d'un costume reposait dans un cercueil ouvert dans cette cathédrale orthodoxe bleue pastel aux bulbes dorés située à seulement quelques centaines de mètres de la place de l'Indépendance, coeur de la contestation mais aussi de la rue Grouchevski où il a trouvé la mort.

Cierges en main, les trois chefs de l'opposition, Arseni Iatseniouk, Vitali Klitschko et Oleg Tiagnybok ont assisté aux funérailles.

Certaines personnes brandissaient des drapeaux nationalistes bélarusses blanc-rouge-blanc datant de la période pré-soviétique et désormais interdits dans ce pays dirigé par un régime très dur.

"C'était quelqu'un de bien, c'est triste de voir de gens comme ça nous quitter", a souligné Iouri, l'un de ses amis, à l'AFP.

"C'est un assassinat prémédité", a accusé le jeune homme, qui n'a pas voulu donner son nom de famille.

Selon lui, Mikhaïl Jiznévski, qui vivait depuis plusieurs années en Ukraine, faisait partie des équipes d'activistes assurant la sécurité du campement de manifestants dans le centre de Kiev.

"C'était quelqu'un de brave et de bon, qui a donné sa vie pour l'avenir de l'Ukraine", a estimé Irina Davydova, une habitante de Kiev venue rendre hommage au jeune homme.

"Un Bélarusse est devenu un héros pour l'Ukraine", a-t-elle jugé.

Il doit être enterré au Bélarus.

L'Eglise orthodoxe affiliée au patriarcat de Kiev et l'Eglise grecque-catholique (uniate) ukrainienne se sont beaucoup impliquées dans le mouvement de solidarité en faveur des manifestants qui campent sur la place de l'Indépendance à Kiev depuis fin novembre, à l'inverse de la partie de l'Eglise orthodoxe affiliée au puissant Patriarcat de Moscou.

os-gmo/neo/bir