NOUVELLES
25/01/2014 11:34 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

Au moins 1000 personnes manifestent contre la Coupe du monde de soccer au Brésil

SAO PAULO - Au moins un millier de personnes, agitant des drapeaux, brandissant des affiches et scandant «il n'y aura pas de Coupe», ont protesté à Sao Paulo, samedi, contre la présentation de la Coupe du monde de soccer que le Brésil accueillera plus tard cette année, lors d'une manifestation qui a tourné à la violence tard en soirée.

Sur sa page Facebook, le groupe de protestation «Rio Anonyme» a identifié le mouvement «Opération Stop à la Coupe du Monde» comme étant le premier événement de l'année contre le prestigieux tournoi de soccer. Des manifestations étaient prévues dans plus de 30 villes, mais seule celle menée à Sao Paulo a répondu aux attentes des organisateurs.

Les manifestants se sont réunis devant le Musée d'art de Sao Paulo pendant environ une heure avant de prendre la direction d'un autre secteur de la ville, tout en entonnant des slogans dénonçant le tournoi.

Alors qu'ils s'approchaient du centre-ville, des manifestants membres des «Black Bloc» ont pris d'assaut une voiture de police abandonnée et tenté de la renverser. D'autres manifestants ont mis le feu à une petite voiture et brisé les vitrines de banques, comme ils l'ont fait lors d'autres manifestations depuis l'année dernière.

Des policiers ont répliqué à l'aide de gaz lacrymogène et de projectiles de caoutchouc, dispersant la foule. Une centaine de manifestants ont été arrêtés.

Plus tôt lors du rassemblement, certains participants ont chanté «Si nous n'avons aucun droit, il n'y aura pas de Coupe».

«Lorsque nous parlons de droits, nous parlons des droits du peuple de recevoir des services publics décents, a expliqué Leonardo Pelegrini dos Santos, un étudiant universitaire.

«Nous nous opposons aux millions et millions de dollars qui sont dépensés pour la Coupe. C'est de l'argent qui devrait être investi dans l'amélioration des services de santé, d'éducation, de transport et de logement.»

Sa collègue Juliana Turno a déclaré qu'il «s'agissait d'un petit échantillon des manifestations qui seront organisées lorsque s'amorcera la Coupe du monde».

L'an dernier, des millions de citoyens ont envahi les rues du Brésil pour dénoncer les hausses des tarifs d'autobus, la qualité des services publics et la corruption au moment où le pays dépense des milliards de dollars dans l'organisation du tournoi de la Coupe du monde, qui doit s'amorcer en juin.

Ces manifestations ont coïncidé avec la Coupe des confédérations, un tournoi préparatoire à la Coupe du monde, tenue au mois de juin.