NOUVELLES
20/01/2014 03:20 EST | Actualisé 21/03/2014 05:12 EDT

Syrie: Téhéran doit accepter explicitement la création d'un gouvernement de transition (Fabius)

Si l'Iran veut venir en Suisse participer aux négociations de paix sur la Syrie, il doit accepter explicitement la mise en place à cette occasion d'un gouvernement de transition, a déclaré lundi le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

"La lettre d'invitation par le secrétaire général des Nations unies à la conférence de Genève précise clairement que l'objectif de cette conférence est l'établissement d'un gouvernement transitoire en Syrie doté de tous les pouvoirs exécutifs", a rappelé le ministre dans un communiqué, après l'annonce faite par l'ONU d'une invitation envoyée à Téhéran pour cette réunion programmée à partir de mercredi d'abord à Montreux et ensuite à Genève.

"La participation à Genève II est conditionnée à l'acceptation explicite de ce mandat. Dans ces conditions et dans l'intérêt même de la recherche de la paix, il est évident qu'aucun pays ne saurait participer à cette conférence s'il n'en accepte pas expressément le mandat", conclut Laurent Fabius.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a annoncé dimanche que l'Iran, principal allié de Damas, participerait à la conférence de paix de Genève II sur la Syrie à partir de mercredi.

L'Iran s'est engagé à jouer "un rôle positif et constructif" pour mettre fin au conflit syrien, a expliqué Ban Ki-moon, qui a lancé cette invitation à l'issue de discussions intenses avec le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif.

Les Etats-Unis et la France s'étaient montrées en pointe jusqu'à présent pour refuser une participation de Téhéran à ces négociations au motif que l'Iran n'avait pas accepté les termes du premier accord obtenu à Genève entre les grandes puissances, en juin 2012, prévoyant la création d'un gouvernement de transition.

L'opposition syrienne a menacé de ne pas se rendre en Suisse si l'Iran participe aux discussions.

prh/kat/jh