NOUVELLES
16/01/2014 11:54 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Zambie: la nouvelle Constitution fuite, la société civile applaudit

Les pouvoirs présidentiels en Zambie seront considérablement rognés si le texte de la nouvelle Constitution, qui a fuité jeudi dans les médias et est qualifié de "magnifique" par les organisations de la société civile, est promulgué en l'état.

Le texte, dévoilé par les sites internet Zambian Watchdog et Lusaka Times, a tout l'air d'être la version finale rédigée par un comité d'experts, et sa publication une manière de forcer la main au président Michael Sata.

La présidence a d'ailleurs réagi négativement jeudi, déclarant que le gouvernement n'avait pas reçu le document. "Nous appelons le comité technique à clarifier les allégations selon lesquelles le document dont ils ont la charge a fuité", a dit un conseiller présidentiel, George Chellah.

Le projet dévoilé jeudi de nouvelle loi fondamentale, appelée de ses voeux par M. Sata avant son élection fin 2011, prévoit que le président ne puisse être élu que s'il obtient plus de 50% des suffrages. Si aucun candidat ne passe la barre, un second tour opposant les deux candidats arrivés en tête serait organisé.

La Cour constitutionnelle aurait également le droit de se saisir d'affaires impliquant le président et le vice-président, que le président serait obligé de désigner avant même son élection.

La fuite intervient après les appels répétés de la société civile et d'organisations religieuses pour que les experts publient le texte.

"Clairement, il y a des dispositions dans le projet que M. Sata n'aime pas et clairement aussi, il espérait enterrer ça - ou gagner du temps pour réécrire les passages gênants", a commenté Zarina Geloo, de l'Institut pour une société ouverte en Afrique australe (Osisa).

"C'est un document magnifique qui répond aux aspirations des Zambiens", a salué Andrew Ntewewe de l'ONG Yali. "S'il est authentique, cela explique le (refus) catégorique de le publier".

os-arb/clr/mba