NOUVELLES
16/01/2014 09:58 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Un Montréalais d'adoption nommé aux Oscars pour les effets spéciaux de «Gravité»

TORONTO - Un bureau de Montréal spécialisé dans les effets visuels pourrait bénéficier des retombées du plus prestigieux gala du septième art. L'expert Chris Lawrence est nommé aux Oscars 2014 pour son travail sur le film «Gravité» («Gravity»), son «plus gros défi» en carrière, affirme-t-il.

M. Lawrence n'aurait jamais imaginé recevoir une nomination aux Oscars pour ce travail. Originaire de Londres, M. Lawrence, qui dirige les bureaux montréalais des studios Framestore, est nommé conjointement avec Tim Webber, Dave Shirk et Neil Corbould.

Beaucoup d'autres artistes ont toutefois contribué à ce travail, a-t-il mentionné, dont une vingtaine travaille à Montréal.

«C'est génial pour l'équipe, a-t-il commenté en entrevue téléphonique à La Presse Canadienne. Une grosse équipe de Framestore a travaillé sur le film. Il y avait quelque chose comme 440 personnes, alors c'est super pour tout le monde que les effets spéciaux soient nommés. De mon point de vue personnel, c'est évidemment un grand honneur.»

M. Lawrence agissait comme superviseur de l'infographie pendant la production du film, qui a obtenu 10 nominations aux Oscars, tout comme «Arnaque américaine» («American Hustle»).

Avant même que les acteurs George Clooney et Sandra Bullock ne prennent place devant les caméras, les scènes dans l'espace avaient déjà été élaborées par imagerie de synthèse, ce qui est «presque comme faire une version animée du film avant d'avoir fait le vrai», a expliqué M. Lawrence.

«Nous avons collaboré très étroitement avec d'autres départements, comme le design de production et la réalisation pour établir tout le design et l'éclairage», a-t-il raconté, ajoutant que l'équipe avait également travaillé étroitement avec le réalisateur et coscénariste Alfonso Cuarón.

«Nous avons toujours su que c'était un projet unique et on espère toujours que les choses vont bien se passer et que tout s'accordera bien ensemble. Pour moi, voir les effets visuels avec le son a été incroyable. Mais on n'arrive pas là avant très tard dans le processus, alors on ne sait pas de quoi ça aura l'air. De voir tout ça s'accorder ainsi était formidable et renversant.»

M. Lawrence est déménagé à Montréal il y a à peine plus d'un an avec sa copine, qui a également participé à la production des effets visuels. Il n'avait visité la ville qu'une fois auparavant et n'y connaissait personne. N'empêche, il ne pouvait pas refuser l'opportunité de travailler dans une ville où le domaine des effets visuels peut vraiment s'épanouir.

«Après 'Gravité', j'étais mûr pour un changement. J'allais prendre des vacances au Canada et mon patron m'a dit: 'Tu veux y aller et ouvrir un bureau à Montréal?'. J'ai dit: 'ok'. Ce genre d'offre ne se présente qu'une fois dans une vie», a-t-il raconté.

La petite équipe de Montréal a rapidement grossi.

«Lors du premier party de Noël, nous étions trois. Cette année, on était quelque chose comme 150», a-t-il illustré.

«Il y a beaucoup de genre talentueux et créatifs, ici.»