Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Syrie : l'OIAC doute que l'arsenal chimique soit éliminé fin juin

Le transfert à l'étranger et l'élimination des agents chimiques les plus dangereux de l'arsenal syrien ont pris du retard et pourraient ne pas être terminés avant la fin du mois de juin, a dit jeudi le chef de l'agence de l'ONU chargée de superviser leur élimination.

L'accord conclu par les États-Unis et la Russie pour éviter des attaques militaires contre la Syrie prévoit normalement que le gouvernement de Bachar Al-Assad se soit débarrassé d'ici fin mars des agents chimiques dits « prioritaires », dont environ 20 tonnes de gaz moutarde et les agents servant à la composition des gaz Sarin et VX.

Selon le calendrier fixé par la communauté internationale, la date butoir de fin juin devrait correspondre au transfert de l'intégralité du stock chimique. Damas a déclaré 1300 tonnes d'agents chimiques à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Le directeur général de l'OIAC, Ahmet Uzümcü, a néanmoins dit espérer jeudi que l'ensemble de l'arsenal chimique syrien pourra être transféré d'ici fin juin, malgré les retards qu'il a imputés à des problèmes logistiques et sécuritaires.

« Je crois encore que nous pouvons tenir l'objectif de fin juin (...) Nous ferons de notre mieux pour respecter la date butoir », a-t-il déclaré lors d'un déplacement à Rome.

Ahmet Uzümcü a précisé que 16 tonnes d'agents chimiques « prioritaires » - sur les 560 tonnes répertoriées - avaient été chargées à bord d'un cargo danois dans le port de Lattaquié le 7 janvier, avec une semaine de retard sur le calendrier prévu.

« La quantité concernée par ce premier chargement n'était pas si élevée », a-t-il concédé. Le cargo attend dans les eaux internationales qu'un nouveau chargement soit prêt.

L'OIAC, qui avait déjà appelé Damas à « accélérer le rythme » la semaine dernière, a dit jeudi espérer qu'il serait possible « d'avancer plus vite dans les prochaines semaines ».

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.