NOUVELLES
16/01/2014 07:17 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Syrie : l'OIAC doute que l'arsenal chimique soit éliminé fin juin

Le transfert à l'étranger et l'élimination des agents chimiques les plus dangereux de l'arsenal syrien ont pris du retard et pourraient ne pas être terminés avant la fin du mois de juin, a dit jeudi le chef de l'agence de l'ONU chargée de superviser leur élimination.

L'accord conclu par les États-Unis et la Russie pour éviter des attaques militaires contre la Syrie prévoit normalement que le gouvernement de Bachar Al-Assad se soit débarrassé d'ici fin mars des agents chimiques dits « prioritaires », dont environ 20 tonnes de gaz moutarde et les agents servant à la composition des gaz Sarin et VX.

Selon le calendrier fixé par la communauté internationale, la date butoir de fin juin devrait correspondre au transfert de l'intégralité du stock chimique. Damas a déclaré 1300 tonnes d'agents chimiques à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Le directeur général de l'OIAC, Ahmet Uzümcü, a néanmoins dit espérer jeudi que l'ensemble de l'arsenal chimique syrien pourra être transféré d'ici fin juin, malgré les retards qu'il a imputés à des problèmes logistiques et sécuritaires.

« Je crois encore que nous pouvons tenir l'objectif de fin juin (...) Nous ferons de notre mieux pour respecter la date butoir », a-t-il déclaré lors d'un déplacement à Rome.

Ahmet Uzümcü a précisé que 16 tonnes d'agents chimiques « prioritaires » - sur les 560 tonnes répertoriées - avaient été chargées à bord d'un cargo danois dans le port de Lattaquié le 7 janvier, avec une semaine de retard sur le calendrier prévu.

« La quantité concernée par ce premier chargement n'était pas si élevée », a-t-il concédé. Le cargo attend dans les eaux internationales qu'un nouveau chargement soit prêt.

L'OIAC, qui avait déjà appelé Damas à « accélérer le rythme » la semaine dernière, a dit jeudi espérer qu'il serait possible « d'avancer plus vite dans les prochaines semaines ».