NOUVELLES
16/01/2014 11:40 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Nigeria: les chefs d'etat-major renvoyés suite à une décision de justice

Le président nigérian Goodluck Jonathan a renvoyé jeudi les chefs d'état-major des trois corps de l'armée, suite à une décision de justice selon laquelle leur nomination était illégale.

Dans un communiqué officiel publié par la présidence, M. Jonathan a annoncé le renvoi des chefs d'état-major des armées de terre, de l'air et de la marine, jusqu'ici en charge de mener la lutte contre l'insurrection du groupe islamiste Boko Haram dans le nord du pays.

Des remplaçants ont été nommés pour reprendre leurs fonctions, a-t-il ajouté.

L'avocat des droits de l'Homme Festus Keyamo avait contesté leur nomination devant les tribunaux, l'année dernière, faisant valoir que celle-ci s'était déroulée sans l'accord de l'Assemblée Nationale, comme le stipule pourtant la Constitution.

En juillet dernier, un juge de la Haute cour fédérale d'Abuja avait déclaré que ces nominations violaient la section 18 de la loi de 2004 sur les forces armées.

Ni le président ni les chefs d'état-major ne sont supérieurs à l'Assemblée Nationale, a rappelé M. Keyamo.

Dans une lettre datant du 7 janvier adressée au président Jonathan et aux dirigeants de l'Assemblée nationale, l'avocat avait donné 14 jours pour se plier à la décision de justice de juillet 2013.

Les chefs d'état-major "ont tous été nommés sans l'approbation de l'Assemblée nationale. Leur nomination est donc nulle et non avenue", avait-il souligné.

M. Keyamo a déclaré jeudi à l'AFP être "absolument conforté dans (s)a position" suite au renvoi des responsables de l'armée.

"Je veux dire aux Nigérians de ne pas avoir peur de faire appel aux tribunaux et de leur faire part de leurs griefs si le gouvernement a commis un acte illégal", a-t-il ajouté.

ade/phz/cdc/mba