NOUVELLES
16/01/2014 07:50 EST | Actualisé 18/03/2014 05:12 EDT

Netanyahu a discuté à Amman avec Abdallah II du processus de paix (palais)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a rencontré jeudi à Amman le roi Abdallah II de Jordanie pour des discussions centrées sur le processus de paix israélo-palestinien, a annoncé un communiqué du palais royal.

Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès des autorités israéliennes.

"Le roi Abdallah et M. Netanyahu ont discuté des développements du processus de paix à la lumière des négociations israélo-palestiniennes actuelles parrainées par les Etats-Unis", a expliqué le palais royal.

La rencontre a porté sur les moyens de répondre, dans les négociations de paix, aux "aspirations des Palestiniens tout en protégeant les intérêts jordaniens, en particulier sur les questions relatives au statut final qui ont atteint un stade critique", a-t-il ajouté.

Le palais royal n'a pas précisé si le chef du gouvernement israélien se trouvait toujours dans la capitale jordanienne. Les déplacements de dirigeants israéliens en Jordanie ne sont généralement pas annoncés pour des raisons de sécurité.

"Les intérêts de la Jordanie sont notre première priorité", a déclaré le roi à M. Netanyahu, selon des propos rapportés dans le communiqué.

Le souverain jordanien a exhorté Israël et les Palestiniens à "saisir l'opportunité actuelle et les efforts accrus de M. Kerry pour parvenir à des progrès tangibles (...) et créer une atmosphère propice à la réussite des négociations de paix".

Le communiqué ajoute enfin que M. Netanyahu a "informé le roi du suivi des négociations de paix et des efforts américains".

La dernière visite de M. Netanyahu en Jordanie remonte à février 2013.

La Jordanie, qui a signé un accord de paix avec Israël en 1994, est traditionnellement le gardien des mosquées d'Al-Aqsa et du Dôme du Rocher, dont elle assure l'entretien en coordination avec l'Autorité palestinienne.

Depuis juillet, le secrétaire d'Etat américain John Kerry s'efforce de parvenir à un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens.

Ses propositions incluent le maintien d'une présence militaire israélienne aux frontières d'un futur Etat palestinien, même après un accord de paix, ont rapporté des médias arabes et israéliens.

John Kerry a quitté le Proche-Orient la semaine dernière après quatre jours de discussions intensives sans avoir réussi à rallier Israël et les Palestiniens à ce plan de paix.

M. Netanyahu exige qu'un Etat palestinien soit démilitarisé et qu'Israël puisse y garder des troupes à long terme dans la vallée du Jourdain, à la frontière avec la Jordanie.

Les Palestiniens refusent toute présence militaire israélienne sur leur territoire après un accord de paix mais acceptent une force internationale, une option rejetée par Israël.

Mardi, un quotidien israélien a rapporté une attaque virulente contre M. Kerry du ministre de la Défense israélien Moshé Yaalon. M. Kerry est "animé par une obsession incompréhensible et une sorte de messianisme", a déclaré le ministre dans des conversations privées.

Washington a condamné ces propos, et M. Yaalon a dû présenter des excuses. Mercredi, M. Kerry a assuré qu'il ne laisserait pas "une série de commentaires" le détourner de son objectif.

akh/faa/vl/fcc